AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Contexte
Il y a de cela très longtemps, dans les temps oubliés par la civilisation d'aujourd'hui, vivaient deux races ; les humains et les hybrides. Contrairement à ce que vous pensez et à ce que les scientifiques affirment, les hybrides ne sont pas leurs créatures. Seul les animorphes, créature animale humanoïde qui ne peut prendre forme humaine, le sont. La paix et l'harmonie régnaient en maîtres sur ces terres paisibles qui n'avaient jamais connus la guerre ni le désespoir. Toutefois, cette utopie n'empêcha pas la curiosité des scientifiques de s'accroître considérablement et malheureusement, ils ne s'attendaient pas à ce que leurs recherches prennent un tournant désastreux.

Annonce
06/11/12 - Nouveau système de points installé.
05/11/12 - Installation du nouveau design.
31/10/12 - Fin du recensement et suppression des membres inactifs.
XX/XX/XX - blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla
Nos Best Pompotes

Staff


SADNESS
fondat'
MP

Mon image

LUCY
Admin'
MP

Mon image

KAINE
Modo'
MP

Mon image

EZEKIEL
Modo'
MP

Mon image
Plus ?
Les mémos de l'heure

Vous pouvez maintenant faire vos demandes ICI
Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo


Partagez | 
 

 « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 11:16



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »

La monotonie, quelle chose affligeante qui vous donne envie d'en finir avec votre vie. Je déteste ça. Pourtant, en fuyant le marchand d'esclave alors que je n'avais que dix-sept ans, j'étais loin de m'imaginer que je finirais par vivre des jours sans intérêts et lassant. Je rêvais un peu d'aventure lorsque j'ai retiré cette puce de mon cou. La liberté, c'est bien beau, mais c'est mieux quand elle est complète. C'est vrai après tout, je suis une rebelle, mais j'ai toujours l'impression que la société pose un certain poids sur mes épaules. Si ce n'était pas le cas, je ne perdrais pas mon temps à me cacher, je ne m'épuiserais pas à courir lorsque je m'enfuis d'un magasin les poches pleines, je ne me ferais pas chier non plus à me battre avec d'autres personnes pour qu'on me fiche la paix.

J'avais passé ma journée à errer d'un pas nonchalant dans la ville, le regard affligé et les épaules basses comme à mon habitude, j'essayais de trouver de quoi me divertir et de tuer le temps, mais il fallait croire qu'aujourd'hui, Yakusoku était totalement endormie. Les passants se faisaient rares, et ceux que je croisais ne posaient même pas un regard sur moi, passant leur chemin afin de rejoindre leur travail ou leur domicile, et leurs vies continueraient comme hier, ou avant-hier, comme demain puis après-demain.

En traversant les ruelles désertes, je finissais par croiser une petite boutique de grigris et d'objets en tout genre. J'étais restée debout, pointée comme un i devant la vitrine. Doucement j'entrais à l'intérieur, entendant la petite clochette sonnée lorsque je franchissais la porte de bois. Un homme de la quarantaine d'années me regardait sèchement, essayant tant bien que mal de m'adresser un sourire tout en me souhaitant la bienvenue. En tout cas, c'était certain qu'il n'avais pas souvent de clients celui-là. Et d'ailleurs, je devais aussi faire en sorte d'être « normale » au lieu de me faire passer pour une voleuse dès le début de ma visite. C'est vrai que dans mon regard habile on sentait bien que je n'inspirais pas spécialement confiance, et vu ma tenue qui se composait uniquement d'un sweat long et bleu m'arrivant à peine à mi-cuisse et mes pieds totalement nus tout comme mes jambes, j'avais plus l'air d'une adolescente qui venait de piquer la veste de son petit copain avant de s'enfuir. Ma tenue attirait l’œil, j'étais à peine vêtue il faut dire et ça attirait l'attention sur moi, difficile donc de voler quoi que ce soit sas me faire remarquer.

    « Hum... Au revoir. »

Je quittais la boutique, me rendant compte qu'il était bien trop méfiant et bien trop baraqué pour que je puisse piquer quoi que ce soit en passant inaperçue. Bon tant pis.

Mon regard cristallin vint se poser sur le ciel qui commençait à s'assombrir, la nuit allait tombé, mademoiselle la Lune allant se pointer en donnant un coup de cul au Soleil pour prendre soudainement sa place. Et alors que je pensais au monde et à un tas de conneries à la fois, je me surprenais à avoir terminée ma balade au marché noire. Ce coin malfamé, dangereux. Et le danger, j'adore ça.

Arrivée devant un marchand d'armes, je me disais que ces dernières pouvaient m'être utile en tant que fille de rue. Je regardais le jeune homme aux cheveux d'ébène sans pouvoir le distinguer dans les détails à cause de la nuit qui pointait le bout de son nez même si une petite lumière pouvait apporter une source de distinction.
Je regardais les pistolets, assez petits et discrets, je ne voulais pas m'encombrer. J'en saisis un discrètement entre mes doigts, faisant en sorte que ce foutu type ne me voit pas. D'un geste délicat semblant à ceux des félins je l'approchais de ma poche, m'approchant doucement de la sortie, d'un pas léger. J'étais fatiguée, je devais l'avouer, je n'avais pas dormi la nuit dernière, et j'avais sans doute l'air suspecte... J'avais intérêt à courir vite une fois que je serais sortie, je n'avais pas le choix.

Mais....

code by shiya.



Dernière édition par Malice le Sam 14 Juil 2012 - 16:32, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 13:27

Être volé ?

Personne ne me vole.

Le temps passe vite quand on s’amuse dit-on. Le problème c’est que l’inverse est aussi valable. Mais malheureusement, il n’y a parfois pas de remède à l’ennui. Et dans ces cas là, comment faire pour que la vie ne ressemble pas à cet horrible cliché qu’est ce long fleuve tranquille ? Sérieusement, comment les gens peuvent aimer cela ? La routine, tout qui se passe comme prévu, à mon avis ceux qui aiment cela devaient être des personnes sans aucune occupation. Mais moi je vous le dis haut et fort, il n’y a rien de plus excitant que l’imprévu ! C’est vrai quoi, ceux qui ne me croient pas n’ont certainement pas encore goûtés à ça. Enfin bref, le soleil venait de faire son apparition depuis quelques minutes et moi je me reposais dans ma chambre, enfin disons plutôt que je dormais comme un nouveau né. C’est dingue ça, malgré toutes les horreurs que les vampires peuvent commettre, ils arrivent encore à dormir avec une insouciance inouïe. je fais partis de ce genre de personnes qui ne sont presque jamais perturbés ou alors en de rares occasions. Mes yeux furent alors soudain agressés par une lumière éblouissante, celle du jour. Je ronchonnait alors en voyant qu’une esclave venait d’ouvrir les rideaux pour me réveiller.

Dans certaines circonstances, je lui aurait déchiqueter la gorge pour me délecter de son sang et ainsi perpétrer l’archétype du vampire, mais malheureusement, cette personne me réveille pour une bonne raison, il faut que je me rende à mon travail. Ma société tourne certes très bien, mais je dois parfois m’occuper de quelques affaires qui requiert ma présence. Je me levai alors en expirant un long soupir. Après quoi je m’étirai d’une manière féline, j’avais une petite faim, mais il fallait d’abord que je m’occupe de mon hygiène corporelle, ce qui est primordial quand on est dans les affaires. Si tu ressembles à un pouilleux, tu peux rêver pour que les grands patrons te rencontrent dans un but lucratif. Bref, je m’occupai donc de prendre un bain et m’arranger un peu le visage avant de m’habiller de circonstance, en l'occurrence, pantalon noir, chemise blanche et cravate noire, la panoplie du parfait business-man. Bref, étant donc habillé, il fallait que je me nourrisse et pour cela, n’importe quelle petite esclave me suffira. Celle qui venait de me réveiller fera certainement l’affaire. Bref, une fois nourri, je quittais le manoir pour rejoindre ma voiture.

Et me voilà donc de nouveau en route vers mon lieu de travail. Les bureaux de la société que je gère depuis peu de temps maintenant, mais fort heureusement, je m’en occupe très bien. Mon père m’a légué un véritable empire financier que je me dois d’agrandir encore plus. Mon activité la plus connue étant la vente d’arme, il m’arrive également de vendre au marché noir, car comme ça je suis présent sur tous les fronts. De plus, il arrive que de grosses sommes d’argent circulent dans ce genre d’endroit, c’est une source de profit non négligeable que je me dois de gérer. Bref, une fois à mon bureau, je passai toute la journée à m’occuper de choses et d’autres, tout cela dans le but de faire le maximum de profit. Quelques heures plus tard, le soleil commençait à disparaitre et ainsi laisser sa place à mon moment préférer de tous, la tombé de la nuit. J’avais donc boucler une nouvelle journée chargée en travaux en tout genre. Maintenant il fallait que je m’occupe de la partie obscure de mon activité. Je quittai donc les bureaux à pieds pour me rendre au marché noir. Fort heureusement, ma vitesse surhumaine me permit de me rendre à cet endroit en peu de temps.

Une fois arrivé, je me promenai en regardant tout ce que l’on pouvait vendre, c’est dingue tout ce qu’on trouve comme daube ici. Les armes que vendant les marchands du coin sont vraiment de mauvaises manufactures. Enfin, tout le monde ne peut pas vendre des armes d'aussi bonne qualité que les miennes. Et oui, du fait que je vend des armes ici, il y a bien entendu un petit stand prévu à cet effet. Et pour les grosses commandes eh bien, cela ce passe dans l’arrière boutique si j’ose dire. Un de mes hommes se tenait là, un homme très discret et surtout très persuasif. C’est alors que mon regard se posa sur quelque chose, ou plutôt quelqu’un d’intriguant. Une demoiselle je suppose, sapée d’une manière peu orthodoxe. Certainement une de ses esclaves qui se fait la malle ou un truc dans le genre. A croire que cette condition n’est pas des plus enviables, ce dont je ne doute pas. Bref, celle-ci s’approchait un peu trop près de mon stand et semblait vouloir obtenir quelque chose. C’est alors que je vit quelque chose qui provoqua en moi un certain sentiment d’amusement.

Cette demoiselle venait de dérober une arme à l’insu de mon vendeur... Quel putain d’aveugle ce mec. Je suivit donc cette jeune femme avec un sourire narquois aux lèvres, je ne pouvait la laisser s’en tirer comme ça. Une fois que celle-ci fut assez loin du stand, Je la saisis par la main et la plaqua contre un mur avec férocité, sans toutefois lui faire trop de mal. Je plongeai alors mon regard rubis dans le sien avant de lui dire d’un ton narquois :

« Il me semble que tu as oublier de payer ma chère. C’est pas très malin de faire cela sous les yeux de celui qui en est responsable. Je devrais te tuer et me délecter de ton sang, mais tu as de la chance, je suis d’humeur à m’amuser aujourd’hui alors je vais me contenter de ton nom pour le moment. Tu auras le mien uniquement si tu le mérite jeune fille. Alors ? Je t’écoute. »


HRP : Ça fait rien. ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 14:22



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »

Dire que je pensais que ça aurait été aussi simple que de voler une pauvre pomme rouge sur le marché, j'ai été bien naïve. Je n'allais jamais dans les coins trop malfamés de la ville, là où le vice et le pêché sont les maîtres des lieux. Je ne suis pas un ange non plus, mais tout ce qui touche au deal et à la violence c'est pas trop trop mon truc. J'aime bien avoir une vie mouvementée, mais de là à mettre ma vie en jeu, très peu pour moi, merci.
Pourtant, j'aurais dû me méfier des deux types présents, je les avaient sous-estimés, ou du moins surtout celui auquel je n'avais porté aucune attention dès le début.
Mais alors que je m'empressais de prendre la sortie et de détaler comme un lapin, passant entre plusieurs stands histoire de paraître plus ou moins normales, je percevais quelques pas lourds derrière moi. J'essayais tant bien que mal de faire comme si de rien n'était, que je n'étais qu'un cliente parmi tant d'autres, j'y croyais pourtant, mais en fait, ça ne se passait pas du tout comme je l'aurais cru. Tout se retournait contre moi si subitement alors qu'un homme vint à me saisir par mes poignets et me plaquer le dos contre un mur, me tenant fermement pour ne pas me laisser m'enfuir. J'avais laissé échapper un léger gémissement de surprise, mes yeux s'étant fermés sur le coup, de peur que ma tête se balance en arrière pour finir par s'éclater contre la paroi. Au final, plus de peur que de mal. Je contractais mes muscles, essayant du mieux que je le pouvais de me défaire des griffes de tout ce qui semblait être le type qui tenait la vente d'armes.

    « Il me semble que tu as oublier de payer ma chère. C’est pas très malin de faire cela sous les yeux de celui qui en est responsable. Je devrais te tuer et me délecter de ton sang, mais tu as de la chance, je suis d’humeur à m’amuser aujourd’hui alors je vais me contenter de ton nom pour le moment. Tu auras le mien uniquement si tu le mérite jeune fille. Alors ? Je t’écoute.  »

L'écoutant débiter son discours inutile qui me sortait par l'autre oreille, je finissais par détendre mon corps, me laissant comme vulnérable, pouvant presque lui donner l'impression que je me rendais à lui totalement. Mais ce n'était rien de tout ça, j'attendrais juste le bon moment pour m'enfuir, le temps qu'il baisse sa garde. Je ne sais pas trop à qui j'avais à faire, mais lorsqu'il parlait de « boire mon sang », j'ai tout de suite compris qu'il s'agissait de ses vampires qui pétaient plus haut que leur cul. Je soupirais de lassitude, semblant légèrement agacée d'avoir été attrapée aussi bêtement alors que la sortie était si proche de la sortie bon sang ! Bon, la soirée s'avérait devenir plus mouvementée que prévue, je sens que je vais bien m'amuser en fin de compte. Au moins, je me souviendrais d'avoir vécu une putain de journée lassante pour finir sur une soirée un peu particulière.
Je l'affrontais du regard, laissant mes yeux bleus se fondre dans les siens. Ils étaient hautains, provocants, il n'avait pas peur, et moi non plus d'ailleurs. J'avais beau avoir l'air endormie avec mon maquillage noire sous les yeux, je ne l'étais pas pour autant. Je restais sûre de moi et bel et bien éveillé, prête à partir dès que j'en aurais l'occasion, mais surtout quand il lâchera un peu l'emprise de ses griffes sur mes poignets. Quel rapace.
Je soupirais de lassitude, me contentant de répondre nonchalamment :

    « Quoi ? T'as pas assez avec toutes tes armes pour te faire un deuxième trou dans le cul ? T'as vraiment besoin de chipoter pour un pauvre pistolet ? Putain de vampire. J'suis pas du genre à blablater mec. Mon prénom, ça va t'avancer à quoi de le savoir ? Tu vas aller me dénoncer aux militaires? Non t'es pas de ce genre. Parce qu'en me livrant à eux tu te fous dans la grosse merde aussi. J'pense pas que tu vendes que des trucs légaux pour te pointer au marché noir. Alors fermes ta gueule, répondre à ton discours me fatigue, m'obliges pas à devoir répondre à un second, d'accord ?  »

Lançant la provocation encore plus loin, je laissais un petit rictus fier s'échapper de mes lèvres avant d'aller lui cracher à la figure. Bien entendu ce que je faisais était risquer pour moi, mais bon, ça peut être amusant. Et lui même a dit qu'il n'allait pas me t uer, il allait juste se divertir disait-il. Eh bien, qu'il s'amuse le bougre, il finira bien par me lâcher un jour ou l'autre avec cette arme même si elle n'est pas forcément nécessaire à ma survie étant donné que j'ai toujours fait sans avant d'arriver ici.
Je dois tout de même avouer que je m'étais bien faite avoir sur le coup et qu'il semblait assez dangereux sur les bords, mais bon, tant qu'à faire, je continuerais de le titiller jusqu'à le faire exploser. Je tendais mon cou vers lui, le regardant avec un léger sourire aux coins des lèvres, un sourire presque mauvais.

    « Maintenant quoi, tu vas me frapper monsieur le vampire ? Tseuh. »


Bon, au fin fond de moi-même j'espérais juste ne pas en arriver au point de me battre avec lui. J'ai honte de le dire mais... Je ne suis qu'une humaine, je n'ai aucun don, et je m'en fiche, mais ce vampire aurait un réel avantage sur moi si on venait à se battre, et je pense que ce type dont le nom m'était inconnu n'était pas du genre à se laisser faire et que ça risque de s'étaler sur de longues semaines, et peut-être même jusqu'en justice ? S'il y en a une bien évidement... Enfin vu comment est notre société, j'en doute fort. Sait-on jamais.
Alors, qu'est-ce que tu me préserves pour la suite trou du cul ?

code by shiya.



Dernière édition par Malice le Sam 14 Juil 2012 - 16:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 16:13

Te tuer ?

Je pourrais faire bien pire...

Ça alors... une humaine qui a des corones. C’est bien la première fois que je rencontre une personne qui ne sait visiblement pas à qui elle a à faire, et pour tout dire, cette ignorance me plait. Cela dit, je n’ai pas l’impression que cette demoiselle se dégonflerai pour autant si elle apprenait qui j’étais. Elle soutenait mon regard et j’avais même cette impression qu’elle me toisait. C’est alors que celle-ci entama un discours, aussi ennuyeux que vulgaire :

 « Quoi ? T'as pas assez avec toutes tes armes pour te faire un deuxième trou dans le cul ? T'as vraiment besoin de chipoter pour un pauvre pistolet ? Putain de vampire. J'suis pas du genre à blablater mec. Mon prénom, ça va t'avancer à quoi de le savoir ? Tu vas aller me dénoncer aux militaires? Non t'es pas de ce genre. Parce qu'en me livrant à eux tu te fous dans la grosse merde aussi. J'pense pas que tu vendes que des trucs légaux pour te pointer au marché noir. Alors fermes ta gueule, répondre à ton discours me fatigue, m'obliges pas à devoir répondre à un second, d'accord ? »

Eh ben... le moins qu’on puisse dire, c’est que cette jeune fille a du cran. Bon elle est certes plutôt vulgaire et surtout très insolente, mais j’ai bien l’impression qu’elle pourrait ne pas s’arrêter là. Non seulement elle m’insulta mais en plus elle osa me cracher au visage. Les traits de mon visage se raidirent pendant quelques courtes secondes. Visiblement il sera impossible de raisonner cette demoiselle et à mon avis, elle m’a l’air trop pauvre pour payer. La seule chose qu’elle pourrait m’offrir en échange et bien cela pourra être un prix intéressant. Après tout, cette demoiselle n’est pas mal foutue, j’irais même jusqu’à dire qu’elle à un certain charme disons. Bref, je revins pendant quelques instants sur ses dires, la dénoncer aux militaires ? Et puis quoi encore ! Fermer ma gueule ? Malheureusement cela n’est pas possible, c’est grâce à mes paroles que j’arrive parfois à faire des miracles. Et cette petite insolente voudrait que je me taise ? Mais oui bien sûr. Bref, du fait qu’elle venait de me cracher dessus, il fallait que j’essuie cette salive. J’enlevai donc une de mes mains d’un de ses poignets pour prendre ma cravate afin de m’essuyer rapidement le visage. Je jetai ensuite ce vêtement plein de salive avant de remettre ma main sur son poignet qui avait bénéficier d’un peu d’air.

C’est alors qu’elle me demanda si j’allait la tuer pour ce qu’elle venait de faire. Comme-ci ce genre de provocation allait me mettre en colère. Visiblement cette demoiselle me connait très mal. Elle ignore certainement que j’adore me confronter aux gens qui ont assez de couilles pour défier un vampire comme elle vient de le faire. Mais, je ne pouvais tout de même pas laisser cet acte impuni, car je suis une personne très respecté dans cette ville, mais surtout très craint. Mais là, j’avais à faire avec une jeune femme qui du fait qu’elle savait que je n’allais pas la tuer, était déterminée à me tester pour voir si je craquerais. Ou bien elle était totalement idiote, ce dont je doute vu qu’elle avait tout de même une certaine dextérité et semblait bien être consciente de la situation. Mais elle pensait certainement qu’elle avait le dessus. Et elle se trompait sur toute la ligne. Mais, je suppose qu’elle ne veut certainement pas que j’en vienne aux mains avec elle car elle doit se rendre compte qu’elle n’aura jamais le dessus sur moi. Quel humain peut avoir le dessus sur un vampire de toute manière, à moins d’être armé et entrainé.

Qu’allais-je donc faire ? La tuer ? Une solution bien trop radicale, toutefois, je pouvais certainement faire autre chose, lui faire suffisamment peur pour qu’elle se rende bien compte que la prochaine fois qu’elle décide d’être insolente avec moi, elle le regretterait. Mes crocs firent alors leur apparition, j’étais finalement décidé à la punir comme il se doit, pas de mort bien sûr, j’allais juste m’amuser un peu avec elle. Je plantai alors mes crocs dans sa gorge et commença à boire une petite quantité de son sang, toutefois assez pour qu’elle calme un peu ses ardeurs. Une fois la quantité de sang adéquate avaler, je retirai mes crocs de la jeune demoiselle et m’occupa de refermer les deux plaies que je venais d’ouvrir. Après quoi j’essuyai le sang sur mes lèvres à l’aide de ma langue. Je plongeai lors une nouvelle fois mon regard dans le sien avant de dire :

« Je vais être clair avec toi petite idiote, la prochaine fois que tu me voles, je pourrais faire bien pire que te tuer. Garde ce putain de flingue, j’en ai rien à foutre, de toute manière je pense que tu en auras besoin pour te défendre vu comment t’es fringuer. T’as vu ta dégaine ? Sérieux ça m’étonne que tu ne sois pas encore morte... Bref, tu vas certainement te sentir un peu faible dans les minutes à venir vu tout le sang que j’ai bu. Alors je te laisse choisir calme tes ardeurs, ou bien tu subiras des conséquences pire que la mort, compris ? »

Mon message était clair... je suppose. Ce qu’elle allait en faire, je me demande bien mais il me tarde de l’apprendre.


HRP : J'ai pris quelques initiatives, si jamais cela ne te plait pas, signale-le moi, je modifierai si nécessaire. 8D
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 17:05



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »


Je jouais à un jeu dangereux avec ce type que je ne connaissais absolument pas, et qui plus est avait le dessus sur moi. Malheureusement dans ce genre de situation j'ai toujours tendance à me dire que je vais m'en sortir et que toutes bonnes choses à une fin. Je pense qu'on peut appeler ça de la naïveté, en effet. Mais après tout, je ne sais pas qui est cet inconnu, et il ignore également tout de moi. J'ai beau être une simple humaine, j'ai sans doute vécu beaucoup plus de périples en cinq que lui pendant toute sa vie. Je vis dehors moi, je suis obligée de voler moi, je n'ai pas d'argent moi, je n'ai plus personne moi, je suis indépendante moi. Lui par contre, il a l'air bien friqué, assez populaire, il a son propre magasin, fringué d'un costard et son regard méprisant comme dominant. J'me demande bien ce qu'il lui faut en plus à part quelques neurones. Mais alors là, la situation devenait un tantinet gênante pour ma position. Dire que j'aurais pu profiter du fait qu'il passe sa cravate sur son visage pour s'essuyer et me tirer d'ici en lui donnant un bon coup dans ses sachets de thé... J'arrête pas de me poser la question : pourquoi j'aime bien faire face aux problèmes et les assumer ? Pourquoi ne suis-je pas aussi lâche que tous ses voleurs de mes deux ? A l'heure qu'il est je serais en train de dévaler les rues avec mon flingue à la main. Mais non, je voulais voir jusqu'où ce type était capable d'aller. Ahlala, je suis trop joueuse décidément. A la fois mature aussi sans doute car je continue de lui faire face comme tout le monde devrait le faire. Et à force de rester sous son emprise, je me dis que ce commerçant n'a jamais reçu de bonnes leçons, ce qui montrerait qu'il soit aussi... Sûr de lui, voir un peu trop. Du moins dans sa façon de parler je ressentais une très grosse assurance, le tout pouvant être dangereux. Pas pour moi, mais pour lui.
Soudainement son visage s'approchait tandis qu'entre ses lèvres je pu voir ses crocs assurés comme ceux des animaux sauvages. Ces derniers vinrent alors se planter littéralement dans mon cou sans gêne, le tout me faisait gémir de douleur. Bordel ce que c'est désagréable... Je ne pouvais même pas me débattre, même si j'avais mal... Je sentais une sorte de pression lorsqu'il aspirait mon sang comme un moustique, j'en tremblais tant la sensation me déplaisait. Si j'étais encore la petite fille faible d'autrefois, je lui aurais supplier d'arrêter, prête à me mettre à genoux à implorer son pardon et qu'il m'épargne, mais ce temps est passé. Je ne suis plus la même, voilà tout. Je tentais tant bien que mal de souffrir en silence, serrant ma mâchoire et mes poings le plus que je pouvais.

    « Je vais être clair avec toi petite idiote, la prochaine fois que tu me voles, je pourrais faire bien pire que te tuer. Garde ce putain de flingue, j’en ai rien à foutre, de toute manière je pense que tu en auras besoin pour te défendre vu comment t’es fringuer. T’as vu ta dégaine ? Sérieux ça m’étonne que tu ne sois pas encore morte... Bref, tu vas certainement te sentir un peu faible dans les minutes à venir vu tout le sang que j’ai bu. Alors je te laisse choisir calme tes ardeurs, ou bien tu subiras des conséquences pire que la mort, compris ? »


Je restais un instant inerte, comme s'il avait absorber toute mon âme en lui. Mon regard s'abaissait tandis que ma vision se faisait trouble. Putain normalement je ne devrais pas me sentir si mal, mais il faut dire qu'il a prit beaucoup de sang d'un coup et argh... Ce mec me répugne, il est vraiment dégueulasse. Je ne pouvais même pas poser ma main froide sur mon cou qui avait souffert. Je n'avais qu'une envie là, c'était de lui donner un bon coup dans la gueule, et surtout de le voir pleurer grâce à moi... Mais c'est un homme, un homme a une fierté, un homme ne pleure pas. Est-ce que je suis un homme moi aussi dans le fond ?
Ma respiration se coupant petit à petit, haletante, mes paupières qui s'alourdissaient, je tenais quand même à le regarder dans les yeux, lui lançant mon regard le plus froid et agressif.

    « Si t'en avais rien à foutre de ton « putain de flingue » tu m'aurais laissé partir en courant, couillon. Et elle a quoi ma dégaine ? Tu te crois mieux dans ton costard ? Désolée mais les gosses de richous, j'peux pas les voir. Je vis dans la rue, j'ai appris à survivre et non pas à me reposer sur mes lauriers comme toi. T'es tout aussi pathétique que moi. T'as besoin d'utiliser ton putain de pouvoir pour me calmer, moi, une simple humaine. T'as vraiment aucune dignité, p'tain. Si j'avais un truc dans le ventre j'en gerberais. »


Je reprenais mon souffle, ma tête se faisant tout aussi lourde que mes paupières me devenait insupportable, j'avais beau essayé de l'appuyer contre le mur elle n'arrêtait pas de se balancer vers l'avant. J'étais trop épuisée, et ça devenait pire petit à petit que les minutes défilaient. Mon front vint à tomber lourdement sur son épaule, inconsciemment. Je ne pouvais à peine bouger. Y a pas à dire, je suis dans la merde.

    « Et pourquoi j'me calmerais ? T'as pas l'habitude qu'on te tienne tête, j'me trompe ? Ou du moins ceux qui l'ont fait, ils sont morts j'pense. Mais j'm'en fous, de qui tu es et de tout ce que t'as pu faire dans ta putain de misérable vie. J'suis pas ton esclave. J'serais jamais esclave... Et encore moins pour des raclures comme toi. Tu m'fais pitié. J'ai pas l'intention de me débattre, ce serait me fatigué inutilement. Tu me tueras pas de toute façon, me fait pas croire le contraire. T'y gagnerais rien à part mon silence. »


Dans un élan je reculais ma tête, affichant un large sourire satisfait face à ce type. Je n'en avais rien à faire qu'il me tue ou non. Qu'il ait l'avantage ou non. Qu'importe les moyens, je m'en sors toujours. J'ai beau avoir l'air d'une pouilleuse, je suis plus forte que j'en ai l'air, et ça, il le nie, il préfère penser que je ne suis qu'une pauvre proie parmi tant d'autres.

    « J'suis pas comme les autres, *Censure* . »


Dis-je dans un faible murmure presque inaudible.

code by shiya.



HRP : j'ai changé ma couleur de parole parce que ça nikay les yeux D'8
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 17:58

Ton silence ?

Je vais surement bientôt l'obtenir.

Cela pouvait se voir aussi facilement que moi je le voyais, j’avais bu une quantité conséquente de son sang et ma victime ne semblait pas à même de se défendre au contraire, ses petits gémissements m’avait procuré une certaine sensation enivrante. Mais au delà de cela, j’espérais qu’elle se calme un peu, histoire que je ne lui fasse pas ce que j’avais prévu pour elle. Tout ce que je voulais, c’était qu’elle se taise et qu’elle arrête de me manquer de respect. Mais visiblement, elle ne semblait pas encline à cela au contraire. Et même après le fait que j’avais bu suffisamment de sang pour qu’elle se sente faible, elle continuait d’être insolente par ses paroles en me faisant remarquer qu’elle ne supportait pas les gosses de riches ou je ne sais quoi. Décèlerai-je une once de jalousie dans ses propos ? Je ne sais pas, mais j’avais cette impression. Elle poussait même la provocation plus loin en disant que mon pouvoir était la seule chose qui me rendait supérieure à elle. Sur ce point elle n’avait pas tout à fait tort, les vampires jouissent de pouvoir qui leur permettent de maitriser n’importe qui, mais contrairement à ce qu’elle croit, je n’ai pas besoin de cela pour la calmer.

Je sentais qu’elle devenait de plus en plus faible au point de plus être capable de redresser sa tête afin de la coller contre le mur. Tiens mais ou donc est passé ton énergie de tout à l’heure ma chère ? Ah oui ! J’oubliais, c’est moi qui t’ai ôté cela et malgré tout tu persistes à jouer la demoiselle qui ne craint rien et qui en plus ose me dire que je suis aussi pathétique qu’elle. Sa tête tomba alors sur mon épaule, je ne le redressa pas pour autant, comme ceci elle ne pouvait plus me regarder dans les yeux pour me défier du regard et cela me procurait une certaine satisfaction je dois dire. Et c’est alors qu’elle me proposa un autre discours, tout aussi vivace que l’autre même si en l'occurrence, sa vivacité s’était quelque peu atténuer grâce à moi. Je n’ai pas l’habitude qu’on me tienne tête, mais personne je m’a jamais tenu tête pauvre idiote. Tout simplement parce que je ne suis plus un enfant gâté, dorénavant je me charge moi-même de me gâter. Je suis un gosse de riche c’est vrai mais qu’est-ce que ça peut lui faire ? Serait-elle jalouse ?

C’est alors que j’entendis une phrase qui me fit beaucoup rire. Elle ne serait jamais mon esclave d’après elle. Mais d’où lui vient cette idée saugrenue ? Je ne vais pas faire d’un personnage aussi grossier mon esclave. Je ne suis pas aussi con qu’elle aime le faire supposer au contraire. C’est alors que sa tête se détacha de mon épaule, elle afficha alors un sourire suffisant mais qui cachait tout de même le fait qu’elle était pris au piège. Et même si je ne pouvais pas la tuer, je gagnerai certainement à obtenir son silence, mais ce n’est pas cela que je veux. Non, je veux m’amuser un peu avec elle, mais si elle continue comme ça, dans quelques minutes elle va finir par s’évanouir. C’est alors qu’elle me dit qu’elle n’était pas comme les autres. Je suppose qu’elle fait référence aux proies que je peux soumettre comme ça me chante. Cette idiote commence sérieusement à m’exaspérer, mais visiblement elle avait un point commun avec moi, l'orgueil ! Elle refusait catégoriquement de s’avouer vaincue et ainsi satisfaire mon envie de soumission. Elle commence à m’intriguer cette petite humaine. Elle pourrait peut-être devenir bien plus qu’un simple joujou. Après tout, je ne pourrais pas la soumettre à moins de la tuer, et cela n’arrange pas mes affaires.

Non, je pouvais peut-être essayer une autre méthode. je n’ai peut-être pas besoin de la soumettre, en revanche, je me devais de clarifier quelque chose avant de m’occuper de son cas. C’est alors qu’à l’aide de ma tête, je poussait la sienne vers le mur pour que celle-ci ne bouge pas d’un pouce. Je pris alors la parole et d’un ton sévère je lui fit quelques remarques :

« T’as prévu de fermer ta grande gueule à un moment ou comment ça se passe ? Pour qui tu me prends ? Faire de toi un esclave ! Mais t’en as de bonnes toi ! Mes esclaves sont d’une part bien traité mais surtout, ils ont une certaine allure, pas comme toi et enfin, ils surveillent leurs langages ! Mais t’as du cran faut le reconnaitre. Et puis arrête ton numéro de la pauvre fille qui critique les gosses de riche, c’est encore plus pathétique que d’en être un ! »

Mon regard se posa alors sur son seul vêtement qui recouvrait son corps. Bon je ne pouvais pas regarder cela plus longtemps, cette dégaine me fait pitié. C’est alors que je lui demandai d’un ton narquois :

« Dis-moi. Au lieu de voler un flingue, t’aurais pas mieux fais de voler des fringues ? Sérieusement être pauvre d’accord, mais honnêtement, tu frises plus le pathétique que moi. Ah je suis désolé de te dire que si tu ne te requinques pas dans quelques minutes, tu perdras peut-être connaissance. Je peux peut-être remédier à cela si tu veux ? »

Provoquons-la un peu. Finalement j’aime bien quand elle réagit au quart de tour...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 18:44



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »


Ca semblait pourtant si simple de sortir d'ici tout de même. Mais voilà, j'avais oublié le détail que nous ne sommes pas tous au même pied d'égalité à cause de notre race. A présent dans ce monde, les humains sont sans doute les plus faibles parmi tant de vampires, d'hybrides, de démons ou d'anges. J'avais honte de me trouver dans cette posture de faiblesse, moi qui ait toujours l'habitude de m'en sortir toute seule comme une grande, un peu d'aide ne m'aurait pas été de refus à vrai dire. C'est presque comme si j'en arrivais à regretter mes anciens amis qui ont décidés de prendre en compte le fait qu'ils étaient trop faibles et trop craintifs pour vivre une vie telle que la mienne. J'étais la seule à avoir voulu encore et encore me battre pour cette fichue liberté, et là, me voilà tout bêtement coincée ici, à bout de force, retenue par un type qui me donnait envie de vomir.

Enfin, pas physiquement. Oh non il était plutôt mignon si on lui retirait ce sourire narquois et machiavélique sur ses lèvres, s'il portait de simple vêtement plutôt que son costume, si à l'intérieur de lui il n'était pas en train de se faire ronger par le vice et la colère.
Mais d'un côté, nous nous ressemblions. Tous les deux, ce qu'on souhaite, c'est avoir le dessus sur l'autre, et faut dire qu'on est bien têtu à se battre pour ça. Mais moi, j'allais bientôt abandonner la bataille, je sentais déjà mon corps me lâcher alors que mon esprit tentait tant bien que mal de lutter. Il n'y avait pas d'autres issues que de perdre cette fois-ci, je n'avais pas d'autres choix. Je ne pouvais qu'à peine réagir en entendant ses dires, ses remarques sur ma tenue peu adéquate et vulgaire, m'insultant en prétendant ne même pas avoir l'allure d'une de ses esclaves, aussi bien mentalement que vestimentairement parlant. Pour qui il se prend à me juger ainsi ? Putain non mais je rêve, c'est pas possible d'avoir un égocentrisme pareil ! Je dois avouer que c'est la première fois que je rencontre ce genre de personnage qui fait bien tout pour que je le déteste. Oh non mon chou, on va pas faire copain-copain toi et moi. Je suis pas rancunière, mais t'as osé me ridiculiser. J'espère que t'en as bien profité et surtout bien rigolé, parce qu'un jour j'te ferais bouffer toutes tes dents une par une et je cracherais encore une fois sur ta gueule d'ange.
Finalement, j'aurais peut-être due continuer à me faire chier en ville, et aller pioncer jusqu'à tard dans l'après-midi le lendemain.

Je luttais contre mon corps qui lâchait prise, je ne voulais pas partir maintenant, je ne voulais pas m'endormir, m'évanouir, que sais-je... C'est la première fois que je me sens si mal, et je commence à comprendre ce que ma mère pouvait ressentir, elle qui était de santé très fragile. Ahlala, maman, si seulement t'étais là, tu ferais un arrêt cardiaque en voyant ta petite fille se faire lapider par un sale type.

    « Quoi, ça te pose un problème que j'me trimbale comme ça … ? Si t'es pas content t'as pas qu'à me retenir... Et va te faire foutre... Quand on vit dans la rue, on perd pas son temps à soigner son image, on cherche juste à survivre... »


Ma voix s'affaiblissait petit à petit, ma tête s'alourdissant de plus en plus, mais cette dernière était totalement retenue par celle du jeune homme. Me sentir si près de lui me mettait mal à l'aise, je ne supportais pas le contact de ceux que je considère comme des ennemis.
Mes bras s'engourdissaient, tout comme mes jambes qui tenaient à peine, devenant de faibles piliers près à tomber en ruines.
Je tentais de le regarder dans les yeux, mais mes paupières m'en empêchaient, elles me permettaient juste de regarder mes pieds trembler sous le manque de sang. J'avais presque envie de pleurer tellement je devais avoir l'air pathétique à cette heure-ci. Putain, j'ai honte, je déteste perdre, c'est sans doute mon plus gros défaut. Mais j'accepte la défaite, car c'est toujours ma maturité qui reprend le dessus sur ça de toute façon.

    « Tu... Tu te fous de ma gueule là ? C'est toi qui me mets dans cet état et après tu me proposes d'y remédier... ? Haha... Attends, c'est comme accepter la pomme que le serpent propose à Eve. J'veux même plus que tu me touches... Tu me répugnes... Je... »


Non putains de larmes, ne commencez pas à vous pointer ! Super la crédibilité, mais bien heureusement elles ne tombèrent pas et j'avais finit par les ravaler au plus profond de mon âme. De rage je commençais à agiter mes bras en essayant de partir, j'en avais plus qu'assez de sentir des fourmis dans mes bras, mais en fuyant je risquais juste de m'évanouir en chemin. Devrais-je vraiment accepter sa proposition ? Je ne savais que faire, j'étais devant une impasse.

    « ... Je préfère plutôt m'évanouir que d'avoir à demander ton aide. »


code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 19:27

Mon aide ?

T'en as besoin idiote !

La fierté, est-ce une force ou bien une faiblesse ? Souvent les réactions d'orgueil finissent par conduire à la perte de l’individu. Mais parfois il s’avère que montrer qu’on a une certaine fierté permet d’éviter de passer pour un faible ou je ne sais quoi. C’est cet exemple que j’avais en face de moi, une personne qui refuse par dessus tout de s’avouer vaincue. Alors qu’elle est à deux doigts de s’évanouir, elle ne pense qu’à une seule chose, me contredire encore et encore, comme-ci cela allait l’aider. Cette jeune demoiselle commençait à me faire de la peine, elle ne se doute certainement de ce qu’il lui arrivera si jamais je la laisse s’évanouir. Elle croit peut-être qu’on va la laisser dormir paisiblement ? Ici on est dans un endroit malfamé. Et la seule raison pour laquelle elle n’a pas encore été agressée, c’est uniquement parce qu’elle est en compagnie d’un personnage capable de déchirer un corps en deux comme on craque une allumette. Mais visiblement, sa fierté l’empêchait de se taire tout simplement et d’accepter les remarques sur son image. Remarques qu’elle me renvoyait sans cesse à la figure. Qu’est ce que je m’en bat que tu te trimballes comme ça ma petite, je dis ça c’est pour toi.

Bref, celle-ci ne semblait plus à même de se défendre, elle était même dans une position qui n’était pas des plus confortables, je me demandai même quand est-ce qu’elle allait craquer. Car chaque personne à une limite et je sentais qu’elle arrivait à la sienne. Au final ce n’est qu’une humaine, à tous ce qu’elle peut encaisser il y a une limite, voici la tienne petite. Sa force ne lui permettait même plus de me regarder dans les yeux et en plus de cela elle trouva encore à redire à ma proposition, comparant cela à une scène de la bible chrétienne, tiens, croirait-elle en Dieu ? Non je ne pense pas et puis qu’elle importance après tout. Elle était prise au piège, incapable de faire le moindre mouvement et pourtant elle continuait d’être insolente et de me répondre ainsi. Tu ne veux plus que je te touches ? Quel dommage, c’est exactement ce que je suis en train de faire ma petite, et même si je te répugne, tu ne peux malheureusement plus m’empêcher de faire ce que je veux. Je n’ai même plus besoin d’utiliser mes pouvoirs contre toi, tu es à ma merci !

Je sentais qu’elle allait craquer. Elle essaya même de ravaler des larmes que j’avais remarqué bien entendu. Cette petite... elle reste fière jusqu’au bout alors. Finalement tu me plais bien toi, je vais peut-être me contenter de te laisser tranquille cette fois. Mais le problème c’est que si tu continues à t’agiter comme ça, tu ne pourras plus rien faire. En effet, elle se mit soudainement à agiter les bras, comme-ci cela allait l’aider. C’est alors que ses dernière paroles me firent sourire, elle préfère donc s’évanouir que me demander de l’aide ? Elle ment ! Je peux le ressentir ma petite, tu mens. Tu veux que je t’aide, mais ta fierté idiote t’empêche tout simplement de dire ce que tu veux réellement. Je crois que cela suffit pour le moment, elle ne pourra même plus tenter de se faire la malle, elle peut à peine bouger les bras. Je desserrais alors mon étreinte et au lieu de la laisser s’évanouir, je me mis à la porter. Je suppose que quand elle va se rendre compte de cela elle va m’incendier comme c’est pas possible, mais je m’en fous. Je ne peux vraisemblablement pas la laisser dans cette état.

Pourquoi me direz-vous ? Connaissant mon caractère cruel, pourquoi faire cela ? Eh bien tout simplement parce que je ne suis cruel qu’avec ceux qui ne mérite que cela. Je l’emmena alors dans un endroit à l’abris des regards indiscrets, pour la requinquer il fallait que je fasse quelque chose de spécial, mais elle ne me laissait pas le choix. Je l'amenais donc dans une recoin sombre d’une ruelle et la posa délicatement contre un mur malgré ses protestations. Une fois qu’elle fut délicatement installé, j’utilisai mes crocs pour me mordre dans le bras droit et arracher un bout de peau pour que le sang coule de cette plaie. Je tendis alors ce bras et dit à la jeune fille d’un ton sec

« Bois ! Si tu veux rester intact encore quelque temps. T’en fais pas tu te transformeras pas en Vampire ou une connerie dans le genre. Et t’inquiète, le sang de vampire n’a pas un goût dégueulasse » Dis-je avec une pointe d’ironie. Voyant cependant quelle était très réticente à cette idée je lui dit : « Bois avant que la plaie ne se referme, Allez, c’est pas le moment de jouer à la fille qui a trop de fierté ! »

Alors, que choisis-tu ? La fierté ou bien rester consciente ? Un sacré dilemme pour elle je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 20:05



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »

Ca y est, c'était bel et bien fini. Je ne pouvais plus me battre de toute façon, j'abandonnais. Honte à moi je sais, mais avais-je d'autres choix que de plier ? Je ne suis pas idiote à ce point, je sais que mon corps ne tiendrais pas longtemps de toute façon, je devais me faire à cet idée. D'ailleurs, je n'arrêtais pas de me demander ce qu'il allait faire de mon inconscience ? Me tuer, me dévorer, ou tout simplement laisser cette sale tâche aux types bizarres dans la rue en me balançant dehors ? Je ne me doute pas qu'il allait réellement m'aider comme il me l'avait proposé de toute manière. Je n'y croyais pas vraiment, comment aurait-il pu me remettre sur pied alors qu'il venait de faire en sorte que je me taise.

Mon état ne faisant qu'empirer, mes jambes me lâchaient et me voilà à tomber vers lui. Néanmoins je sentis mon corps se soulever, sentant le parfum de garçon et ma joue sur un doux tissu. Ce n'était pas désagréable, loin de là, je me sentais presque bien, même au bord de la perte de connaissance. Je ne savais même pas où est-ce qu'il m'emmenait, mes yeux refusaient de s'ouvrir, je ne pouvais me fier qu'à mon ouïe. J'entendis la porte du petit magasin d'armes se refermer, une légère brise venant caresser mon visage tandis que je pu sentir une légère pointe d'humidité dans l'air alors qu'il semblait faire beaucoup plus sombre. Pas de doute, nous étions dehors. J'entendais les pas de mon ennemi contre les pavés usés au sol. Alors, allait-il m'abandonner maintenant ? Tseuh. Si j'avais su bordel... Si j'avais su tout ce qu'il pouvait se passer ce soir... Non je ne pouvais pas le savoir de toute façon. Paraît-il que ce sont des petits inconvénients qui rendent la vie intéressante, elle qui est pourtant si lassante. Je devrais peut-être presque de le remercier de m'avoir occuper ces derniers minutes, mais ma fierté me gueule à l'oreille de ne pas le faire. Tant pis.

Je sentis mon derrière se poser sur un sol dur, mon dos s'appuyant sur une paroi épaisse. J'étais enfin déposée au sol. Je m'apprêtais alors à prendre sur moi pour m'en aller, me disant que de toute façon il m'avait abandonné ici comme un vulgaire chien errant. Ceci dit, à ma grand surprise quand j'ouvris les paupières, je le découvrais face à moi en train de me tendre son bras plein de sang, insistant pour que j'aille boire ce dernier... Lol, sérieux ? C'est une blague ? Boire du sang ? Non mais j'suis pas un vampire, ça va pas la tête ! Je fis une moue de dégoût, restant réticente sans pour autant avoir la force de dire quoi que ce soit. Décidément, j'aurais tout vu ce soir. Mais il avait clairement insinué de laisser ma fierté de côté... Il n'avait pas totalement tord, il faut savoir lui dire non, sinon elle prend trop d'ampleur et on en oublie qu'on est pas invincible ou intouchable.

Je suis restée un long moment devant son bras. Il avait beau me répéter de me dépêcher pour ne pas que la plaie de se referme je n'arrivais pas à m'y faire mais dans un soupire blasé et de la réflexion, je n'avais pas vraiment trop de choix... Pour une fois qu'il allait m'aider, je ne pouvais que lui en être redevable. Ah c'est pas possible, comment je fais pour être si peu rancunière ? Ca m’énerve... Et il s'est blessé pour me sauver plus ou moins, je ne pouvais pas dire non... Putain d'altruisme à la con.

J'approchais mes lèvres de son bras, exécutant son souhait. Ca me dégoûtait de sentir ce liquide rougeâtre couler à l'intérieur de ma gorge, mais faut dire que je suis passée par de bien pires étapes que celle-ci.. Peut-être n'était-il pas si mauvais qu'il en avait l'air au final. Enfin non, je ne dois pas être si naïve ! Malice, reprends-toi !
Je reculais mon visage, essuyant ma bouche à l'aide de mon poignet, le visage toujours bas tandis que je reprenais mes esprits petit à petit, c'était fou à quel point boire ce sang me remettait sur pieds... ! Mais je n'allais tout de même pas le laisser s'en tirer comme ça ! Je lui donnais un léger cou dans le ventre, les sourcils froncés, incapable de bouger trop rapidement pour le moment et commençait à lui débiter plein d'insultes en tout genre :

    « Enfoiré, raclure, connard, salop, enflure, sac à merde, trou du cul, cloporte, vampire de mes deux ! Putain mais... C'est vraiment dégueulasse ! Tu peux pas t'imaginer ce que ça a été pour moi de boire du sang ! Fuck... j'vais gerber c'est répugnant... »


Je baissais soudainement ma tête qui semblait s'attrister peu à peu. A vrai dire je me sentais vraiment mal à l'aise d'avoir été sauver par mon « agresseur ». Comment suis-je censée réagir ?
Mon regard se relevait plus vivement, mes doigts s'enroulèrent autour de son col, agrippant ce dernier pour l'approcher de moi avec violence, lui disant sévèrement :


    « Pourquoi ? Pourquoi t'as fait ça ? J'ai niqué toute ma fierté en plus... Enfin bref là n'est pas le problème mais... Merci... »


Mes dires s'étaient terminés dans un léger murmure gêné. Je n'avais pas réussi à le remercier dans les yeux, mais tant pis. C'est tout ce qu'il méritait de toute manière, j'allais pas non plus me mettre à lui lécher les pieds.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 20:55

Pourquoi ?

Bonne question !

Et allez ! Enfin elle se résignait à faire ce que je me tuais à lui demander. Enfin elle posa ses lèvres sur mon bras et commença à boire mon sang. Maintenant je ne pouvais plus faire marche arrière, celle-ci venait de boire le sang de l’héritier de la famille Hel. Peut-être qu’elle ne le savait pas encore, mais boire du sang de vampire implique quelques effets secondaires. Mais je pense qu’il est inutile que je lui en fasse part pour le moment, histoire de ne pas la dégoûter à jamais de moi. Bref, celle-ci bu donc une légère quantité de mon sang, mais cela suffisait amplement pour lui donner un sacré regain d’énergie, ça je peux vous l’assurer. Une fois qu’elle eu finit, elle s’essuya et je pouvais sentir son dégoût dans son regard. C’est alors que l’effet secondaire de cet acte ce fit sentir, je ressentit la colère de la jeune fille en moi, une colère qu’elle manifesta en me donnant un petit coup au ventre, comme-ci cela allait me faire mal, elle est drôle quand elle s’énerve elle. Elle me dit ensuite son lot d’insulte en essayant diverses variantes et en disant des choses que je ne comprenais pas forcément.

Alors comme ça je ne peux pas imaginer ce que cela a été pour elle de boire du sang ? Non sans déconner ? Malheureusement je ne ressentais que trop bien son dégoût. Cette émotion s’emparait de mon être et je pouvais la comprendre sans pour autant compatir pour elle. Après tout, le sang est le seul met des vampires et celui-ci n’a pas forcément le même goût en fonction de la personne sur laquelle on se nourrit. Chez cette demoiselle par exemple, je pouvais sentir son dégoût et son malaise surtout depuis le moment ou elle s’est réduite à boire du sang de vampire histoire de rester consciente. Mais je dois la féliciter pour cela, elle a su mettre sa fierté de côté pour que sa vie continue. Mais je ne comprends pas que cela soit aussi terrible de boire du sang. Bon j’imagine que c’est comme elle l’a dit, je suis un vampire, je ne peux pas comprendre ce que c’est pour un humain que de boire du sang. Mais notre liquide rougeâtre à des propriétés autres que pouvoir soigner les gens. Mais, je tairais cela pour le moment, ne gâchons pas la surprise.

C’est alors qu’elle baissa la tête. Je ne pouvais pas vraiment déchiffrer son sentiment, mais si je devais deviner, je dirais qu’elle se sent certainement mal à l’aise d’avoir été sauvé par la seule et même personne qui l’a mise dans cet état-là. Il me semble que c’est le seul sentiment qu’une personne peut éprouver à ce moment là. Ou bien peut-être qu’elle commence à sentir les effets secondaires ? Non... Trop tôt. Bref, elle m'agrippa alors par le col et rapprocha son visage du mien avec violence, visiblement elle était encore très énervée après moi, j’imagine que c’est compréhensible. Je n’aimais pas vraiment le fait qu’elle se permette de faire cela, mais j’imagine que je ne peux pas vraiment la blâmer. C’est alors qu’elle me posa quelques questions, elle me demanda pourquoi je l’avais sauvé. Certes elle avait niqué toute sa fierté comme elle dit, mais elle était saine et sauve, elle ne peut pas juste se contenter de dire merci... Oh ! Mais je ne rêve pas, c’est bien cela que j’ai entendu ? Dans un murmure à peine perceptible, c’est bien un remerciement qui j’ai entendu. Alors ça ! C’est plutôt cocasse comme situation. Peut-être devrais-je me contenter d’un You’re Welcome ? Ou pas...

Bref, elle n’avait pas réussit à me dire cela en face ce que je peux comprendre j’imagine que ça doit être difficile pour elle. Enfin, avant qu’elle ne puisse faire quoi que ce soit, je pris ses mains pour les enlever de mon col et les poser contre elle. Tout cela avant de dire d’un ton un peu plus doux que les fois précédentes :

« Pourquoi ? Eh tu crois peut-être que nous les vampires ne sommes que des créatures sanguinaires ? Tu te goures ma petite. Certain le sont je ne dis pas le contraire, et peut-être que je suis l’un des plus cruels. Mais... C’est con mais te laisser comme ça, je ne pouvais tout simplement pas. Je suis responsable de ça après tout. Bref, tu te sens mieux maintenant ? Y’a intérêt parce que la plaie s’est refermée. Eh puis... si tu veux vraiment savoir la raison de mon geste, eh ben disons que la dernière fois que je n’ai pas prêter assistance à quelqu’un en danger... Oh puis tu t’en bats les steaks pourquoi je le dirais. »

Mais c’est vrai ça ? Pourquoi l’ai-je secouru ? Au départ je voulais juste la punir... Putain, quel con je fais ma parole !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 22:11



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »

C'en était devenu si incompréhensible. Lui qui me méprisait presque pour ce que j'étais et ce que je laissais paraître, il en était arrivé à presque vouloir me sauver. Devais-je partir à présent ? Courir à toutes jambes en l'insultant de tous les noms, lui disant qu'il payera pour ce qu'il a osé me faire ou rester sagement là, docilement, comme l'une de ses esclaves qui sait très bien qu'elle ne pourrait pas s'échapper des griffes de ce rapace ? J'avais choisis la seconde option. J'ai beau avoir un fort tempérament, j'ai beau l'avoir sous-estimé et haïs du plus profond de mon être, je... Je pense que j'vais finir par l'apprécier juste parce qu'il a sauvé ma peau. Rah c'est vraiment trop con ce genre d'état d'esprit, pourtant je ne suis pas naïve, oh non, loin de là. C'est juste que j'essaye toujours de trouver un bon fond chez n'importe qui et je me dis qu'on ne peut pas totalement être une pourriture. Rien que le fait qu'il me permette de boire son sang pour me remettre sur pattes en était bel et bien la preuve, il aura beau nier le contraire, j'en resterais convaincue mais aussi reconnaissante.

Il reposait mes mains contre moi, et je ne luttais pas. J'écoutais son discours tandis que sa voix semblait s'adoucir petit à petit, c'était presque plaisant, au point que j'en décrochais un léger sourire presque illisible sur mon visage. Faut pas pousser non plus, j'vais pas lui montrer toute ma dentition juste parce qu'il est moins agressif que tout à l'heure.
En effet, je devais avouer qu'à mes yeux, les vampires n'étaient que présents pour boire le sang et se marrer devant un corps qui agonise. Mais je me trompais, je me fiais à des clichés. Il faut dire qu'il est le premier vampire que je vois, et de près qui plus est.

J'aurais presque voulu savoir la suite de son discours, j'étais intriguée par ce qu'il a pu vivre. Après tout, il a sans doute vécu des choses horribles malgré qu'il roule sur l'or. Je ne sais pas moi, j'y connais rien. J'ai toujours été dans la pauvreté, et ceux depuis ma naissance. Pour preuve, j'étais née dans la chambre de ma mère et non pas à l'hôpital comme tout le monde.
Je rigolais doucement suite à son discours. C'était assez amusant de le voir se couper dans son élan tout seul, croyant que je n'en avais rien à faire de ce qu'il pouvait me raconter.

    « Oh tu peux continuer, je suis de bonne écoute, ça ne me dérange pas. »


Je me grattais la tête, toujours un peu gênée. Je ne savais pas vraiment si j'allais bien ou mal, mais tout ce que je sais, c'est que mes jambes avaient du mal à arrêter de trembler pour le moment même si le reste de mon corps s'était stabiliser. Timidement je posais mes mains sur les épaules du garçon, me relevant avec difficulté tout en m'excusant de devoir l'utiliser comme appui. Voyant que j'arrivais plus ou moins à tenir debout, j'appuyais mon dos sur le mur tout en passant une main dans mes cheveux pour les dégager en arrière, laissant découvrir d'avantage mon visage, et surtout mes yeux bleus qui sont ma seule fierté.

    « Et oui en effet, je me sens un peu mieux... Même si ça se payera. »

Bien entendu ce que je venais de dire était sur un ton ironique. Quand on me connaît bien, on voit bien que je ne suis pas le genre de personne à rester bloqué sur des faits passés. Pourtant mon côté joueur prenait souvent le dessus sur moi. Il n'était pas une bête sanguinaire comme il l'avait dit précédemment. Ah oui ? Vraiment ?
Pour vérifier ses dires, je m'approchais de lui d'un pas de loup, posant mes deux mains sur les joues. J'espérais juste qu'il ne soit pas dégoûter de ce contact après tout ce qu'il m'ait dit. Je ne suis pas puante, j'ai un minimum d'hygiène ! C'est pas bien difficile de trouver le code d'un immeuble et d'emprunter la douche vous savez.
Mon visage si proche du sien, à tel point qu'on pouvait percevoir nos souffles. Encore une fois mes yeux se mêlaient aux siens, toujours avec cette façon de dire « aller, continues de jouer ». Je n'allais pas plus loin que d'aller lui faire un baiser sur la joue, puis allant me retirer en faisant un pas vif en arrière, rigolant encore une fois, amusée.

    « Juste pour voir si tu n'es pas juste une créature sanguinaire comme tu dis. »


Si c'était le cas, il ne réagirait pas. Et au contraire, il y aurait quelques traces qui se marqueraient sur son visage si vous voulez où je veux en venir.
Ma main se posait sur la poche de mon sweat où j'y avais mit le pistolet, hésitant longuement à le lui rendre mais... Non. Je n'aurais pas vécu tout ça inutilement quand même !
Mon visage s'adoucissant à mon tour, je lui adressais un bref sourire, m'étirant de tout mon long, comme si je venais de me réveiller d'un long sommeil :

    « J'm'appelle Malice. Et j'me répéterais pas. »

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 23:18

T'as faim ?

J'veux me casser d'ici quoi.

Elle voulait vraiment que je continue mon récit ? Ou bien était-ce une façon de se moquer de moi d’avantage ? J’étais un peu dans le doute je dois l’avouer. Tandis qu’elle se grattait la tête, moi je réfléchissais à la suite des événements. Je ne savais pas vraiment comment réagir exactement. Devais-je continuer mon discours ? Cela avait-il au moins un sens que je fasse cela ? Peut-être. Quoi qu’il en soit, je refusais catégoriquement de dire quoi que ce soit, tant qu’on était dans cette ruelle malfamé. Je ne le dis pas très souvent mais maintenant j’ose, le marché noir craint vraiment question agencement. J’ai l’impression que le but rechercher et de créer l’endroit le plus moche qu’il n’est jamais existé. Pour le coup je pense que c’est du bon boulot. C’est alors que la jeune demoiselle posa ses mains sur mes épaules et tenta de se relever. Visiblement mon sang commençait à lui permettre de se relever sans trop de problème, tant mieux. Je l’aidais légèrement dans cette démarche pour éviter qu’elle me reproche de faire encore la bête sanguinaire. Une fois qu’elle fut debout et qu’elle arrivait à tenir normalement sur ses pieds. Elle fit un geste qui me surpris quelque peu.

En effet, celle-ci passa sa main dans ses cheveux pour que son visage sois plus facile à voir. Je la regardais avec un air mêlant intrigue et amusement. Ces femmes... faut toujours qu’elle se mettent en valeur, c’est plus fort qu’elles. Quoi que je dis ça, je suis un peu comme ça moi aussi. Mais ça je ne l’avouerai à personne. Et pour continuer dans les gestes étranges, la demoiselle posa ses mains sur mes joues et approcha son visage dangereusement du mien. C’est alors que je ressentis quelque chose, en moi. Une sensation qui m’avait fuit durant un très long moment, je ne savais plus vraiment ce que c’était, mais mon coeur se mit à battre plus fort que d’habitude. Une fois que son visage fut à quelques centimètres du mien, à tel point que nos souffles se mêlaient entre eux. Je devais arrêter cela avant qu’elle ne fasse ce que je redoute. Fort heureusement, ses lèvres vinrent se poser sur ma joue plutôt qu’à un autre endroit. Je lâchai alors un soupir de soulagement. Non pas que ce contact m’aurais répugné bien au contraire, mais je ne sais pas si j’aurais été capable de contrôler la suite des événements.

Elle dit alors qu’elle avait fait cela dans le but de vérifier si ce que je disais précédemment était vrai ou faux. Je ne suis pas un menteur moi ! Non mais ! Enfin... Bon si je mens quand même très souvent mais cette fois je vous assure que non. Et je ne vais pas m’amuser à la prouver ou je ne sais quoi, j’ai d’autres chats à fouetter. Le visage de la demoiselle s’éclaircit alors et un sourire fit son apparition sur ses lèvres. Jusqu’à présent je ne l’avais pas remarqué mais, c’est vrai qu’elle avait un certain charme pour un personnage aussi grossier et mal élevé. C’est alors qu’enfin elle déclina son nom. Malice. Mon visage s’éclaircit alors lui aussi. Un sourire se dessina alors sur mon visage. Je ne sais pas quoi dire à part qu’elle porte plutôt bien son nom. J’eu un petit rictus discret avant de remarquer qu’elle avait la main à son sweet. Et dans cette poche se trouvait ce qui avait provoqué notre rencontre et tout les événements qui ont suivit. Une arme à feu. Nous revoilà donc au point de départ je suppose; comme c’est cocasse.

Bien, Il ne me reste donc qu’un seul choix logique à faire, laisser passer pour cette fois. Ah bah ouais, si jamais j’ose lui exiger de me rendre cette arme, je passe vraiment pour l’enculé de service. Nan, je ne pouvais pas faire ça. Je la regardais une dernière fois avant de dire d’un ton calme :

« Très bien... Garde cette arme, les rues ne sont pas sûres de toute façon. Et si jamais tu te fais tuer je le ressentirais et je n’aime pas cette sensation. »

En réalisant ce que je venais de dire, mes mains se posèrent sur ma bouche mais il était trop tard, elle avait surement entendu. Et merde ! J’espère que je ne vais pas être obliger de lui dévoiler d’autres informations de ce genre, ça risque de ne pas lui plaire. Je repris alors la parole pour qu’elle oublie vite ce que je venais de dire :

« Tu veux vraiment savoir ce qu’il s’est passé, très bien. Mais pas ici, ça craint, T’as faim ? »

Je veux me casser d’ici, voilà comment peut-on interpréter ma question.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   Sam 14 Juil 2012 - 23:45



✖MALICE & SHOU✖
« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. »

Dire que j'en étais venue à embrasser la joue de mon adversaire et d'oser lui adresser quelques légers sourires. Ahlala, je ne suis plus ce que j'étais auparavant. Faut dire qu'à force de vivre constamment seule, on a tendance à s'accrocher à la première personne qui est susceptible de compter pour nous, même si ce n'est que de courte durée. Je devais l'avouer, je finissais aussi par vouloir le garder près de moi. C'est totalement con, mais grâce à lui ma soirée ce fut plus divertissante que les autres de ces derniers jours, qui se consistait uniquement à voler, boire et baiser. Faut dire que dans tous les cas, ça n'était pas bien original, tandis que ce soir, grâce à ce type qui ne m'avait d'ailleurs toujours pas donné son nom, c'était... Étrangement différent ! Agréablement étrangement différent je dirais même.
Bon au final, tout se passait assez bien, et pas vraiment comme je l'avais prévu. Moi qui me voyais déjà en train de me faire dévorer par des vers au milieu de cette ruelle malfamé après avoir assouvi aux besoins de deux trois passants à tendances nécrophiles... Je m'en sortais plutôt bien en fait, ça me redonnait presque une grosse envie de vivre. C'est marrant, quand on se sent proche de la mort et qu'au final la sentence est épargnée, on en serait presque arrivé au point de pouvoir déguster chaque gorgée de chaque verre d'eau.

Je l'écoutais reprendre la parole calmement, lorsque soudainement il paraissait agité et mettait sa main devant sa bouche. Comment ça, il le ressentirait ? Je ne comprenais pas, et il semblait de m'avoir dévoilé comme un secret... Je n'osais pas trop lui en demander de plus de peur de le gêner même s'il est vrai que ma curiosité prenait souvent le dessus sur la raison maiiis... Je devais lutter, je n'aime pas parler de moi non plus, ou du moins pas de mon passé, tout simplement parce que je n'aime pas tout ramener à ma petite personne. C'est pour ça qu'on a tendance à me classer comme mystérieuse.
J'étais tout de même assez amusé par sa réaction, comme s'il voulait empêcher les mots de sortir de sa bouche en plaquant sa main sur son visage. C'était assez enfantin, ça changeait un peu de cette image de tyran qu'il promenait à ses côtés. En effet : ce n'était pas une bête assoiffée de sang. C'était un vampire, quelqu'un de pas si différent que moi à part son pouvoir et les légendes qui tournent autour de sa race depuis des siècles. Il a aussi différentes facettes. Il n'est pas aussi bestial qu'il ne le laisse paraître.
D'un autre côté, je cachais ma joie lorsqu'il me dit de garder cette arme, ça me rassurait un peu qu'on puisse passer à autre chose que ce vol. Et comme ça, avoir ce flingue dans ma poche ne peut que me rassurer.

Je n'avais pas le temps de répliquer quoi que ce soit de toute façon qu'il avait déjà enchaîné avec quelque chose. Un simple « tu as faim ? »... Ahah, cette question me fit un peu rire sur le coup. Il réfléchissait des fois ou non ? Je vis dans la rue, je ne mange pas à ma guise, bien sûr que j'ai faim !

    « Oui, un peu... Je te suis. »


Je restais tout de même un peu gênée face à lui, me faire inviter comme ça par un inconnu, ou plutôt ancien ennemi n'était pas banal. En tout cas j'espère qu'on se contentera d'aller dans un endroit peu chic, un endroit tout simple, genre un fast-food, histoire que je ne fasse pas tâche avec mon maquillage et ma tenue vraiment trop... Bizarre. Je n'ose même pas m'imaginer dans un restaurant de haute qualité, vu le peu de grâce que j'ai... Bref.

Je m'empressais alors à le rejoindre, commençant à marcher à ses côtés jusqu'à destination.

[FIN DU RP]

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Celui qui accepte avec le sourire d'être volé vole lui-même quelque chose à son voleur. » PV Shou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La perfection ce n'est pas de faire quelque chose de grand et beau, mais de faire ce que l'on fait avec grandeur et beauté
» Tout avec le sourire ! [ Leïla ]
» Mugen. Et avec le sourire s'il vous plait !
» Marche à L'ombre - En cours -
» Telle une ombre je te regarde avec mon sourire assassin ( Black Smile - Libre ) /Réservé/

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Hybrid Life :: Yakusoku City :: ㄨ Marché Noir-