AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Contexte
Il y a de cela très longtemps, dans les temps oubliés par la civilisation d'aujourd'hui, vivaient deux races ; les humains et les hybrides. Contrairement à ce que vous pensez et à ce que les scientifiques affirment, les hybrides ne sont pas leurs créatures. Seul les animorphes, créature animale humanoïde qui ne peut prendre forme humaine, le sont. La paix et l'harmonie régnaient en maîtres sur ces terres paisibles qui n'avaient jamais connus la guerre ni le désespoir. Toutefois, cette utopie n'empêcha pas la curiosité des scientifiques de s'accroître considérablement et malheureusement, ils ne s'attendaient pas à ce que leurs recherches prennent un tournant désastreux.

Annonce
06/11/12 - Nouveau système de points installé.
05/11/12 - Installation du nouveau design.
31/10/12 - Fin du recensement et suppression des membres inactifs.
XX/XX/XX - blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla blabla
Nos Best Pompotes

Staff


SADNESS
fondat'
MP

Mon image

LUCY
Admin'
MP

Mon image

KAINE
Modo'
MP

Mon image

EZEKIEL
Modo'
MP

Mon image
Plus ?
Les mémos de l'heure

Vous pouvez maintenant faire vos demandes ICI
Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo

Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins Potins - Pseudo


Partagez | 
 

 « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mar 4 Sep 2012 - 17:37



✖MALICE & SHOU ✖
« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. »


C'est tellement con. Tellement con d'en être arrivé là, tous les deux. Je ne saurais pas par où débuter, comment expliquer les faits. Je devrais entamer par le commencement, sans aucun doute, mais je ne sais qu'à peine pourquoi j'en suis tombée au point de déambuler dans les rues pauvres de cette grande cité, sous le bras d'un homme d'âge mûr. Le lendemain de ma nuit avec Shou, j'étais repartie au plus tôt. Nous nous sommes quittés tristes, mais toujours avec un sourire aux lèvres car nous pensions que tout allait aller pour le mieux désormais, et qu'une fois que je franchirais la porte d'entrée de son manoir, tout serait acquis, absolument tout. Malheureusement, nous n'avons pas toujours ce que nous voulons, et c'est bien triste. Dire que j'avais enfin des rêves plausibles, des rêves que toute femme a au moins eu dans la tête un instant ou à un autre : avoir enfin quelqu'un avec qui partager sa vie, avec qui partager le même air. Quelqu'un à aimer. Rien qu'en repensant à cela, mon corps était parcouru par des milliers de frissons. Je ne saurais dire si c'était la colère, la rage ou tout simplement la déception pour la tristesse qui me rendait ainsi, honteuse d'avoir pu penser une seule seconde que mon existence allait prendre un tourment nettement meilleur, que j'allais vivre dans une cage dorée auprès d'un prince.
Enfin, pour en retourner au vif du sujet, je suis partie tout au plus une semaine, histoire de régler quelques affaires, de m'en remettre à moi-même et être sûre de mon choix qui pourtant me semblait évident. Je me disais que je perdais ma liberté, mais d'un côté, depuis qu'il m'a mordu, jamais je ne la retrouvais entièrement. Donc, je n'y perdais rien, j'étais gagnante. Les grilles du bonheur allait enfin s'ouvrir. C'est ce que je ne cessais de me répéter. J'étais donc revenue chez Shou, heureuse, aimante. Tout se passait pour le mieux les premières heures, et c'est là que tout changea, que tout sombra dans les profondeurs des ténèbres. J'avais ressenti cet énorme vide en moi lorsqu'il venait de me faire la proposition de faire de moi un vampire, et ainsi nous resterions ensemble jusqu'à la fin des temps. Ca paraissait tellement insensé... Je ne sais pas pourquoi, mais mon visage s'est dépité suite à sa proposition, et plus haineux encore lorsqu'il insistait sans même me demander mon avis. Je sentais que j'allais finir comme lui et... Je ne le voulais pas. Je ne me sentais pas prête. Et s'il finirait par me dévorer au final en me faisant croire qu'il m'offrait l'éternité comme si on offrait une boîte de chocolats ? C'est dur à dire mais... Je ne donne pas ma confiance aussi facilement, même à la personne qui fait battre mon coeur.
Alors je suis partie, en lui hurlant dessus, ne changeant pas mes bonnes vieilles habitudes de demoiselle colérique.

La porte de la demeure s'était refermée lourdement, et d'un pas furax j'étais partie me réfugier dans ma petite cabane au fin fond de Yakusoku. J'ai pleuré. J'ai pleuré sans cesse, chaque jours, chaque instants où je repensais à ce garçon qui avait eu le pouvoir de me rendre folle de lui. L'amour fait mal. J'aurais du me rendre compte que c'était naïf et enfantin. Je ne retomberais plus dans le panneau mais... Bon sang... Il m'arrive des fois où je ne peux pas m'arrêter de me dire que j'aurais peut-être du accepter et lui accorder ma confiance, car... Je suis amoureuse. Encore aujourd'hui je sais que mes sentiments ne ce sont pas éteints. Et pourtant.. Le temps est passé. Il a filé lentement, mais je ne pourrais même pas dire depuis quand je ne suis devenue d'un corps sans âme, dépourvu d'amour et de joie. Peut-être deux mois, voir trois. Je n'en ai aucune idée. Cela me paraît juste être l'éternité.
Ce que je suis devenue ? Une personne parmi tant d'autres. J'ai voulu prendre ma vie en main, me résignant à suivre la société comme un mouton par mes propres moyens. Mais avant ça, j'avais du changer quelques petites choses en ce qui me concerne mon physique. J'avais peur que mon vampire finisse par me retrouver grâce au lien du sang qui nous uni, et par précaution, ma chevelure sombre avait viré à un blond doré. Mon style vestimentaire, quant à lui, se faisait plus raffiner. Comment ais-je eu de l'argent ? J'ai eu des petits boulots, ici et là dans le marché noir tout d'abord, jusqu'à ce que mes supérieurs finissent par me rendre compte que je volais leur marchandise, alors on m'a jeté à la porte. Je n'allais cependant par baisser les bras. Un homme de la quarantaine avait eu la « clémence » de m'héberger dans son petit taudis dans les quartiers pauvres de la ville, ceux qui ont sombré dans l'oubli, le tout n'étant pas gratuit cependant. N'ayant pas le moyens de payer un loyer, je payais avec mon corps, assouvissant à ces quelques besoins et plaisirs. Cela me dégoûtait, ne m'enchantait en rien, j'en vomissais tous les soirs. Mais il ne me frappait pas, il me donnait même quelques billets quand c'était plaisant, et cela me permettait de vivre un peu parallèlement. Une catin ? Si on veut, même si je ne préfère pas penser à la situation dans laquelle j'étais.

J'avais perdu tous mes buts et tous mes rêves, à tel point que j'oubliais presque j'étais humaine, que j'avais un esprit, une conscience et un coeur. J'avais oublié tout ça. Je n'étais plus la même. Mais en même temps, je refusais de revenir vers Shou même si l'envie était présente. Et pour contrer cette envie, je crois, il y avait un tas de petites cicatrices profondes dessinés à la lame autour de mes poignets. Étais-je tombée dans ce monde de débauche dont je me méfiais tant ? Il faut croire. J'étais dans les bras du diable.

L'après-midi ne faisait que commencer mais le soleil n'avait pas pointé son nez, laissant place aux nuages et à la pluie faible. Le sol était boueux, marcher avec mes talons n'était pas une mince affaire. Être vêtue de cette robe rouge, courte, simple et trop décolleté à mon goût me mettait mal à l'aise, encore plus lorsque ce vieux pervers qui m’hébergeait se permettait de plonger son regard dedans. Son bras s'était posé autour de mes épaules. Il ne marchait pas droit, mais c'était normal, il était saoul. Je ne connais rien de lui, si ce n'est que son nom, mais il n'a aucune importance. D'après ce que j'avais compris quand nous étions au bar un peu plus tôt ce matin et qu'il s'enfilait plusieurs verres d'alcool, sa femme l'avait quitté, elle était partie avec ses enfants, et l'avait laissé seul. Il a quitté son travail et se retrouve dans ce coin merdique. Je comprenais sa souffrance, bizarrement. L'abandon, la perte. Je ne connais ça que trop bien.

« Hep', Malice... »

Dit-il de sa voix rauque. Je levais les yeux vers lui, et à peine ais-je eu le temps de répondre qu'il se ruait sur moi. L'alcool est le pire des ennemis qu'il existe. Il l'avait rendu fou à ce moment. Sa main s'approchait de mes hanches alors que l'autre venait se poser dans la poche de sa veste où je savais qu'il y cachait un couteau « au cas-où ». Était-ce vraiment la fin ? C'était comme ça que j'allais finir ? Violée, puis tuée entre deux rues. J'avais eu envie de crier le nom de la personne que j'aime. Shou. Mais pourquoi viendrait-il ? Sa vie avait repris de son côté, je ne faisais plus partie d'elle.
Alors je me taisais, et de toute manière ma gorge s'était serrée. J'avais trouvé le moyen de m'échapper de l'emprise de l'homme, et c'est avec le souffle coupé par la peur que je me mettais à courir aussi vite que je le pouvais à travers ce petit quartier abandonné. Il ne pourrait pas me suivre vu son état, il était déjà à moitié mort, rampant comme un cloporte sous les gouttes.
M'adossant à un mur, je me laissais tomber le long de celui-ci en posant lourdement mon derrière sur le bitume froid et trempé. Cet endroit me rappelait ma rencontre avec Shou. Pourtant ce n'était pas le même, mais cette ruelle était tout aussi sombre et étroite. Je tremblais, je pleurais, je priais le ciel pour la toute première fois de ma vie que quelqu'un vienne m'aider.

code by shiya.



Dernière édition par Malice le Mar 4 Sep 2012 - 18:54, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mar 4 Sep 2012 - 18:42

Malice ?

Cela ne se peut...

Connaissez-vous les voeux que l’on prononce quand on se marie ? L’un d’eux me donne envie de rire. En effet, quand deux humains se marient, ils promettent de s’aimer pour le meilleur et pour le pire, jusqu’à ce que la mort les sépare. Oh, c’est mignon vous ne trouvez pas ? Pourquoi à votre avis cela me fait rire ? Je vais vous le dire moi. C’est tout simplement parce que nous les vampires, nous ne connaissons pas la mort, elle nous est étrangère. Alors quand j’entends cela, je dois bien vous avouer que cela me fait beaucoup rire. Mais j’ai peut-être poussé les choses un peu trop loin en voulant que Malice soit comme moi, c’est à dire, un vampire. Je sais pertinemment que ce désir est égoïste, mais en même temps, je ne peux pas m’empêcher de penser qu’elle a vraiment eu tort de réagir de la manière dont elle a réagi. Après tout, le fait de faire d’elle une des nôtres, cela nous permettrait de vivre ensemble pour l’éternité, sans jamais nous soucier du reste et surtout pas de la mort. Mais alors que je croyais qu’elle allait accepter cette proposition à ma grande surprise, elle refusa. Au début je pensais qu’elle n’était pas sérieuse et que cela n’était qu’un petit caprice.

Mais c’est alors que je me suis mis à insister, et ça a fini par dégénérer. Alors que je m’étais promis de ne pas lui proposer et encore moins la forcer à faire cela, j’avais inconsciemment rompu cette promesse que je m’étais faite et j’avais certainement fait preuve de naïveté en pensant que tout son amour pour moi allait me permettre de mieux faire passer cette idée. Mais tout cela était faux. Non pas les sentiments que j’ai pour elle qui sont toujours intacts malgré tout, mais sa réaction fut tellement agressive que je suis devenu moi-même comme cela. Et cette discussion tourna au vinaigre, elle dégénéra tellement que Malice décida de quitter le manoir en me hurlant dessus comme elle le faisait avant de tomber amoureuse de moi. Je ne sus dire ensuite ce qu’elle a fait. Elle était certainement repartie chez elle et je pensais que cela n’était qu’une crise passagère et qu’elle allait finalement revenir vers moi. Oui, cette pensée envahissait mon esprit et j'espérais de tout mon cœur qu’elle finisse par revenir vers moi et que cette dispute finisse par une réconciliation.

Au bout de quelques semaines, je ne me faisais vraiment plus d’espoir, je savais qu’elle avait décidé de couper les ponts avec moi. Malgré tout ce qu’on s’était dit, je suppose que mon égoïsme a été plus fort que mon amour pour elle et aujourd’hui je paye les pots cassés comme on dit. Cela fait maintenant près de trois mois maintenant que je suis sans elle et chaque jour est aussi insupportable que le précédent. Je sais, je sais que je suis amoureux d’elle et aujourd’hui encore je ne veux qu’une seule chose, elle. Mais je ne sais pas comment faire pour la retrouver maintenant, je crois que mon sang ne fait plus effet, ou alors elle ne s’est pas mise en danger une seule fois en trois mois, ce qui me parait plutôt étonnant quand on connait le personnage. Maintenant, me voilà au même stade qu’il y a deux ans. Le cœur brisé, la personne que j’aime me manque plus que tout au monde et rien, absolument rien ne peut combler ce manque. S’il y a bien une chose, mais il faut que je la trouve. Il me faut Malice, je ne me soucis guère du reste et je me fiche bien du temps que cela prendra, je finirais par la retrouver... coûte que coûte.

Mais à côté de cela, il faut tout de même que je poursuive mon travail, ma société doit continuer à tourner si je veux toujours offrir à Malice la vie qu’elle mérite si jamais je la retrouve. Il faut que ça soit le cas, il faut que je lui présente mes excuses et que je vive uniquement pour la satisfaire elle et pas moi. Je dois arrêter d’être égoïste ou bien je risque de perdre la personne pour laquelle mon cœur bat la chamade. Mais comme je le disais précédemment, je n’ai aucun moyen de la retrouver et ce n’est pas faute d’avoir cherché pour autant. Et je continuer encore à chercher, laissant de côté ma propre vie, sachant très bien que celle-ci ne vaut rien si ma chère et tendre n’est pas à mes côtés. Bon sang ! Je dois retrouver cette fille, je ne peux plus continuer comme ça. Pendant des semaines je cherchais au plus profond de moi une infime trace d’elle, mais je ne ressentais plus ses émotions. Elle n’était pas en danger et ne ressentait aucune émotion capable de me faire réagir.

Je n’ose y penser, c’est comme si, comme si elle était morte ? Non ! C’est impossible ! J’aurais ressenti cela. Ce lien est encore présent, je le sais, je vais rester attaché à ce lien aussi fort que je le peux et peut-être qu’un jour, j’aurais la chance de ressentir à nouveau sa présence. Et c’est ainsi que j’attendis. Pendant des jours et des jours, j’attendis, un signe, une bribe d’émotion, n’importe quoi qui pourrait me mener à elle. Je m’étais perdu dans cette voie et je savais que si je ne retrouvais pas Malice bientôt, je n’aurais pas d’autre choix que de vivre cette même situation qu’il y a deux ans. Me voilà donc dans mon bureau, les yeux fixés vers l’extérieur, une tasse de sang à la main. J’avais beau regarder le monde de haut, ce que je cherchais ne pouvait pas se trouver par où je regardais. Cela m’étonnerait fortement que Malice vive dans les quartiers riches et pourtant, tout est possible. Tandis que je buvais tranquillement mon breuvage rougeâtre, je ressentis tout à coup au fond de moi quelque chose d’à peine perceptible. Une émotion... si faible que j’avais vraiment du mal à identifier ce que c’était.

C’est alors que cette émotion devint plus forte, beaucoup plus forte de seconde en seconde, jusqu’à ce qu’elle finisse par s’emparer totalement de moi. C’était elle ! Je la ressentais enfin, mais il n’y avait pas que cela. Elle a peur ! Elle est en danger ! Bon sang, enfin. Je lâchai alors ma tasse et la laissa se briser sur le sol avant de prendre ma veste et d’ordonner à ma secrétaire d’annuler tous mes rendez-vous de l’après-midi. Je pris ensuite une voiture qui me tombait sous la main au parking et je mettais les pleins gaz vers l’endroit où cette émotion allait m'amener. Et comme par hasard, cet endroit n’était autre qu’un quartier tout miteux. Décidément, j’ai l’impression que cette demoiselle prend un malin plaisir à arpenter les quartiers de ce genre. Une fois arrivé là-bas, et une fois que je sentis que cette peur était toute proche et même accessible à pied, je quittais la voiture et me concentrais alors pour me guider vers Malice. Elle avait encore la peur au ventre et je pouvais même ressentir une profonde tristesse à certains moments. Bon sang ! Elle n’est plus très loin, je le sais.

Et je cherchais alors, pendant de longues minutes. Sa peur me prenait toujours par les tripes, mais j’avais du mal à la localiser malgré tout. Je cherchais alors dans un des quartiers les plus miteux de la ville, si miteux qu’il en était même abandonné. C’est alors que sur mon passage, pensant qu’il n’y avait personne par là, je vis une demoiselle avec une tenue plutôt légère et raffinée assise contre un mur. Cette demoiselle était plutôt étrange et elle avait une tenue que n’était pas du tout en adéquation avec l’endroit. Je me rapprochais de cette femme et sentis alors une odeur familière près d’elle. Je n’arrivais pas à me rappeler ou j’avais senti cela la première fois. Mais plus je m’approchais de la demoiselle en question, plus cette sensation étrange me parcourait et me faisait doucement frissonner. Une fois assez proche de cette étrange femme, je pris la parole et lui posa une question à laquelle j’espère de tout mon cœur qu’elle aura la réponse :

« Eh toi ! Houla... t’es dans un sale état. Dis t’aurais pas vu une petite brune passée par là ? Tu la connais peut-être, son nom est... Malice... ? »

Cette odeur... pourquoi m’est-elle tant familière ? Pourquoi ton odeur me rappelle quelqu’un ? Attends une seconde... cette fille... non... ça ne peut pas être vrai... Malice ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mer 5 Sep 2012 - 10:50



✖MALICE & SHOU ✖
« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. »


J'aurais bien voulu crier à l'aide, mais au fond, qui l'aurait pu ? J'étais piégée dans cet Enfer, du vice et du pêché, assise dans un coin de rue en train de vider mon corps de larmes dans d'ultimes tremblements sous une eau fraîche qui dégoulinait des nuages grisâtres. J'aurais voulu ne jamais avoir à vivre ça, à retomber dans l'oubli alors que les portes du Paradis s'ouvraient à moi. Dire que j'avais enfin la possibilité de vivre une vie sereine et belle auprès de Shou... Si seulement nous n'en étions pas arrivés là. J'avais beau me retourner le problème dans tous les coins de la tête, rien n'y faisait, je ne pouvais expliquer la réelle raison de mon refus et de mon énervement. Je l'avais fait souffrir, je ne me le pardonnerais jamais... Mais je refuse de le revoir pour autant.

Sortant de mes songes peu à peu, j'entendis le grondement d'une voiture de qualité. Chose qui était rare dans le quartier où les gens optaient plutôt par la marche à pied, faute de moyen. Puis le silence revenait. Je regardais autour de moi. Ce n'était qu'un passant parmi tant d'autres, sans doute un jeune riche s'amusant à voir le malheur des autres citoyens. Quant à moi, je retournais fourrer mon visage dans mes mains, sentant déjà les larmes revenir. J'avais honte. J'avais l'air si faible, si vulnérable. Que c'est pathétique. Quelques pas percèrent mes tympans doucement, la pluie n'étant plus ma seule compagnie. A peine venais-je de relever la tête que l'individu vint à m'accoster :

« Eh toi ! Houla... t’es dans un sale état. Dis t’aurais pas vu une petite brune passée par là ? Tu la connais peut-être, son nom est... Malice... ? »

Mon corps se raidit et mon coeur cessa de battre quelques secondes. Mes yeux s'ouvraient en grand alors que j'avais face à moi la personne que j'aime. Je ne pouvais y croire. C'est impossible ! Qu'est-ce qu'il fiche ici ? Non... Je ne veux pas. Je ne veux pas le revoir, je ne veux pas avoir à l'affronter bien qu'il semble ne pas me reconnaître... Mais... Cela ne saurait tarder. Je restais plantée là, assise par terre, trempée, ma longue chevelure d'or tombait en cascade le long de mon corps et quelques mèches venaient s'interposer devant mes yeux rougeâtres dont le maquillage coulait sur mes traits. J'aurais tant aimé pouvoir lui sauter dans les bras et lui dire à quel point je regrette mais... Ca ne marche pas comme ça. J'ai une fierté, même si c'est ridicule dans des moments pareils où je devrais plutôt penser à suivre la voie que mon coeur me conseillait. C'est en m'appuyant contre le mur que je revenais sur mes deux jambes nues, réajustant à l'occasion ma robe. C'est à peine si j'osais le regarder dans les yeux. Mes mirettes bleutées cherchaient toujours un point où se poser pour pouvoir les distraire, mais ces dernières revenaient constamment sur Shou, comme attirée. J'avais peur de son regard. Je ne savais même pas ce qu'il pouvait exprimer, je regardais son visage, mais j'ignorais ses yeux. Et pourtant, ils sont la fenêtre de l'âme. Je n'ai jamais eu peur de jouer au jeu du regard, mais il faut croire qu'il faut une première à tout. Je soupirais, croisant les bras. Il commençait à faire froid.

« Malice... ? Morte, sans doute... »

Dis-je d'une voix maussade.
Oui j'étais morte. Ce n'était pas un mensonge. La Malice qu'il a connu n'est plus. Elle s'est évanouie dans un profond sommeil. Son âme est partie loin bien que son corps est toujours présent. Je serrais les mâchoires soudainement, la colère montant en moi, me faisant bouillir le sang dans mes veines. Mon visage devenait sans doute plus dur, plus sévère. Je ne sais quelle mouche m'a piqué. « Je suis fatigué parton, fatigué de devoir courir les routes et d’être seul comme un moineau sous la pluie... Fatigué d’avoir jamais un ami pour parler, pour me dire où on va, d’où on vient et pourquoi...». Cette réplique explique sans doute ce que je ressentais.

« T'es même pas foutu de me reconnaître. Tu n'es qu'un imbécile !
Laisses moi tranquille, je n'ai pas besoin de ton aide ! Je ne suis pas dépendante de toi... Je me suis permise de t'aimer, j'ai donc pris le risque de te perdre. C'est mon choix !
»

M'exclamais-je, folle de rage.
Prenant appui sur la façade, je retirais mes escarpins qui m'étaient douloureux, les abandonnant sur le sol. Mes poings se comprimaient d'eux-mêmes, sans pouvoir les contrôler. Je voulais partir, mais je n'avais nul part où aller. Absolument nul part. Je ne pouvais qu'attendre le lendemain pour pouvoir espérer revenir dans la petite maison de l'homme saoul. Je m'approchais du vampire, le poussant légèrement pour me laisser le passage libre. D'une démarche lente et nonchalante, je retournais brièvement ma tête vers celui que j'ai aimé et que j'aimerais jusqu'au bout, lui disant d'un ton sec :

« Rentres chez toi. Tu n'as rien à faire ici. »

J'espère que tu sauras un jour me pardonner Shou. Mes sentiments pour toi resterons intacts jusqu'à mon dernier souffle, jusqu'à ma dernière larme, je n'aurais que toi qui hanterais mes penser. Je suis trop perdue pour m'engager dans une vie immortelle, une vie qui n'a ps de dénouement. Je suis désolée... Je t'aime. J'aimerais tant te le dire de ma voix, te le murmurer doucement mais la colère et la tristesse sont maîtres.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mer 5 Sep 2012 - 11:43

Malice...

Cette odeur... à qui appartient-elle ?

Je ne rêve pas, c’est bien la personne que je crois ? Son odeur me rappelle effectivement celle du sang de ma chère et tendre. Il faut juste qu’elle me montre son visage et j’imagine que je pourrais identifier cette personne. Mais tout de même, voir Malice en blonde m’étonnerait quelque peu je dois le dire. Après tout, dans mon souvenir, elle avait les cheveux ébène et non ainsi. Mais je crois bien que mon instinct a vu juste, il me suffit de voir son visage et je pourrais certainement en avoir le cœur net. Et alors que la personne assise en face de moi venait de relever la tête, je n'arrivais toujours pas à l’identifier à cause des saloperies de mèches de cheveux et ce maquillage qui coulait le long de ses joues. Je me répète peut-être, mais cette personne est vraiment dans un sale état, comme-ci il venait de lui arriver quelque chose d’affreux. La demoiselle se releva lentement et cette fois, je pus effectivement reconnaître les traits du visage de ma chère Malice. C’était bien elle. Mais bon sang, pourquoi cette couleur de cheveux ? Etait-ce un signe pour dire qu’elle avait refait sa vie avec quelqu’un d’autre et qu’elle ne voulait donc plus me voir ?

Une fois debout, Malice tenta de poser ses yeux quelque part, mais ceux-ci ni firent que vaciller entre moi et un endroit quelconque. Elle posa alors ses yeux sur moi mais n’osa pas affronter mon regard rouge sang. De quoi a-t’elle peur ? Je ne vais pas la manger après tout. Quoique... c’est pas l’envie qui m’en manque je dois bien l’avouer. En la voyant, j’oscillait entre deux sentiments, la joie et la colère. J’étais heureux de la retrouver mais j’étais également toujours en colère après elle. Pourtant c’est idiot parce que je sais très bien que le fautif dans l’histoire, c’est moi. La demoiselle soupira alors et prononça son nom suivit d’une phrase qui ne me fit pas du tout plaisir je dois bien l’avouer. Morte ? Mais qu’est-ce que tu racontes, tu es là, en face de moi ! Parlait-elle de la Malice d’il y a quelque mois, qui était éperdument amoureuse de moi ? Est-ce qu’elle voulait dire par là que ses sentiments pour moi avaient totalement disparus ? Ou bien peut-être qu’elle parlait de sa condition qui avait changée. Bon sang... je déteste les devinettes de ce genre.

Je sentis alors de nouveau une émotion émanant de la demoiselle, cette fois-ci ce n’était pas la peur, c’était quelque chose de beaucoup plus différent. De la colère... Elle était visiblement folle de rage contre moi. Et ses quelques mots qu’elle me balança à la figure ne firent que renforcer cette émotion, elle cherchait visiblement à me faire culpabiliser, mais si c’était le cas, c’était déjà trop tard, je ne sais même pas comment réagit à ces mots si crus, même si venant d’elle ce n’est pas vraiment étonnant. Oui bon elle avait peut-être raison sur un point, je ne suis pas fichu de la reconnaître, mais en même temps vu comment elle cachait son visage tout à l’heure, je ne risquais pas de la reconnaitre rien qu’avec sa chevelure qui avait pris une couleur totalement différente d'antan. Mais je sais très bien que ce n’est pas le moment, mais je peux vous dire qu’en blonde, elle est encore plus belle, malgré le maquillage qui lui donne un air un peu sauvage si je puis dire. Enfin bref, je ne pense pas que ce soit le moment approprié pour penser à cela. Une fois que la demoiselle eu finit son petit discours, elle s’appuya sur la façade et retira ses escarpins. Je sentais venir quelque chose de déplaisant.

Elle me poussa alors légèrement pour m’écarter de son chemin après quoi, elle se tourna vers moi d’une manière un peu étrange avant de me faire signifier que j’aurais mieux fais de ne pas la chercher et que je devrais plutôt me contenter de rentrer chez moi. En entendant cela, mon cœur fit un véritable bond dans ma poitrine. Ma chère Malice... je sais pertinemment que tu mens ! Je sais très bien ce que tu ressens pour moi, malgré tout ces mots que tu m’as balancé à la figure, je sais que tes sentiments sont encore intacts, je peux encore les sentir au plus profond de toi. Cette fois, je ne vais certainement pas me laisser faire. Alors que la demoiselle commençait à s’éloigner, je la rattrapais d’une traite avant de l’attraper par la main et de la mettre face à moi. Après quoi, j’entourais mes bras autour d’elle, comme-ci je ne voulais lui laisser aucun échappatoire. Et au lieu de prendre la parole, je me contentais d’appuyer ma tête contre la sienne en la serrant dans mes bras, aussi fort que je le pouvais mais tout de même pas assez pour lui faire du mal, je lui en avait déjà assez fait. C’est alors que je lui murmurais à l’oreille :

« Je n’ai rien à faire ici ? Ne dis pas de bêtises... je t’ai cherché partout, tu crois peut-être que je vais lâcher le morceau aussi facilement, juste parce que tu me dis de rentrer chez moi ? Tu te trompes sur moi et mes sentiments pour toi Malice. Maintenant, contente toi de m’écouter. Je tiens à te dire que je suis sincèrement désolé pour m’être comporter d’une manière aussi égoïste... j’ai agi uniquement en fonction de moi-même et j’ai ignorer ton avis. Je te demande de me pardonner... Si tu n’y arrives pas malgré tout... et bien j’imagine que je ne pourrais m’en prendre qu’à moi-même. »

C’est alors que je sentis une odeur différente qui émanait d’elle, l’odeur d’une autre personne. Mon visage se raidit et je poussai un tantinet Malice pour la garder à hauteur de mon visage. Je posai sur elle un regard sévère avant de lui demander :

« Cette odeur... Malice... A qui appartient cette odeur... ? Qui a posé la main sur toi... ? »

Je ne sais pas pourquoi, mais je sens que je ne vais pas aimer sa réponse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mer 5 Sep 2012 - 13:58



✖MALICE & SHOU ✖
« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. »


J'allais rentrer. Rentrer quelque part, sans doute dans ma grande cabane. Seule. Je reprendrais le train-train quotidien sans rester figée sur les douleurs du passé. La vie est trop courte pour ne penser qu'à hier. Il faut penser à demain mais aussi à aujourd'hui. Je savais tant bien que mal que c'est plus facile à dire qu'à faire, Shou restera une grande partie de moi, de ce que je suis malgré tout.
Je sentis alors une soudaine étreinte autour de mon poignet. Je n'eus qu'à peine le temps de me rendre compte qu'il s'agissait de la main de mon cher et tendre avant qu'il vienne me plaquer contre lui. La chaleur de son corps, de son torse, de ses bras, tout cela qui avait fait chavirer mon coeur la première fois me rendait folle... Folle d'amour. Je savais que je ne pourrais effacer cette histoire avec ce vampire, je ne pouvais pas fermer les yeux sur notre histoire, elle n'était que trop belle à côté de ce monde empli de pourritures. Cependant, je ne réagissais pas. Non pas que je voulais défaire ce contact si affectif, mais j'ignorais ce que je devais faire, et ce fut la raison pour laquelle mes bras ne s'enroulèrent pas autour de lui également.
Cette odeur était si agréable. Je ne me lasserais jamais d'humer le creux de son cou, quelle que soit la situation. C'était si magnifique. Si magnifique de me retrouver dans ses bras après trois longs mois interminables. Oui, ça y est, je me souviens. Ca fait exactement trois mois que j'avais claqué la porte. Environ quatre-vingt dix jours... Le temps est horriblement long. Même lorsqu'on ne compte plus les heures. Je n'ai pas de montre, et encore moins un calendrier. Les premiers jours, je restais recroqueviller sur moi-même, assise sur un plancher moisi, repensant à tout et à rien, mais surtout à Shou. Je me rendais compte à quel point ma vie était misérable. Mais dans le fond, est-ce que je voulais que le futur soit meilleur ? Je me suis habituée à ce taudis, à cette façon de vivre, à ma liberté. Puis voilà, l'amour a tout chamboulé. Il m'a changé.

Mon amour commençait alors un discours, prononcé dans un faible murmure à l'intérieur de mon oreille. Il prétendait m'avoir cherché partout, qu'il ne me laisserait pas filer ainsi, qu'il ne me lâcherait pas. Puis il me demande pardon. Rien que ça venait de me déchirer le coeur en un millier de morceau. Je ne pouvais pas m'empêcher de pleurer une nouvelle fois, les larmes s'écrasant dans sa chemise. Mais il pleuvait, il ne le verrait pas, alors j'en profitais. Je m'apprêtais alors à participer à l'étreinte, à l'embrasser une toute nouvelle fois, à enfin prononcer des « je t'aime » à tout va et sans doute accepter ses excuses mais... Sa question me fit redescendre sur Terre tout aussi vite. Il avait l'air furax, ça se lisait à travers ses yeux ensanglantés. J'étais effrayée rien qu'à l'idée de ce qu'il pourrait faire si je lui disais la vérité, mais d'un autre côté, je ne me sentais pas capable de lui mentir. Pas lui. Jamais je ne l'ai fait. Quelle était cette odeur ? Sans doute celle du tabac et de l'alcool, mais également celle de l'homme qui prenait « soin de moi ». Devrais-je le vendre pour assurer mon bonheur ? Non, je ne veux pas prendre de risques inutiles.
Je fronçais mes sourcils, prenant un ton tout aussi sérieux qu'un peu plus tôt.

« Quelle importance ? Tch. Si ton pouvoir était aussi efficace, tu aurais du déjà ressentir ma détresse depuis des mois. Ce ne sont que des foutaises, n'est-ce pas ? Tu t'es servis de moi rien que pour pouvoir te nourrir ? J'en ai assez... Assez de me faire manipuler... »

Des pleurs, encore une fois. Ma voix tremblait, à tel point que placer deux mots l'un après l'autre n'était pas une mince affaire. S'en suivi de gémissements de tristesse. Je poussais le jeune homme de toute mes forces, l'éloignant le plus de moi à l'aide de mes mains faiblardes et tremblantes.

« Combien de fois ais-je été en danger ! Et combien de fois tu n'es pas venu ! Tu vois que ça ne marche pas, ce ne sont que des conneries ! Et pourtant... Et pourtant j'y croyais. J'ai même essayer de me donner le mort, mais tu ne venais pas alors que le sang coulait. Tu n'es pas venu non plus lorsque je me suis retrouvée dans les bras d'un homme uniquement pour avoir de l'argent alors que les larmes affluaient. Tu n'es pas venu toute simplement parce que ce ne sont que des foutaises ! Tu m'as menti.. Tout le long. »

Pourquoi j'en arrivais à cette conclusion ? Je ne sais pas, mais elle me semblait si évidente... Comment ais-je pu avoir confiance en qui que ce soit ? Je n'osais même pas le gifler, il n'en valait pas la peine... Mais bon sang, pourquoi je continue à l'aimer.. ?

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mer 5 Sep 2012 - 14:46

Malice...

Voilà la vérité...

C’était si bon malgré tout de rester coller à celle que j’aime. Cette sensation dépasse de loin toutes les autres. Je m’étais excusé auprès d’elle, mais dès que je sentis cette autre odeur sur ma bien-aimée, je n’ai pu m’empêcher de voir rouge. Celle-ci prit alors un regard sérieux en fronçant les sourcils. Je suppose que j’aurais mieux fait de me taire, mais je voulais à tout prix entendre sa réponse malgré tout. Et dès qu’elle commença à parler, je sus qu’elle était vraiment en colère contre moi. Elle me reprochait par ailleurs l'inefficacité de mon pouvoir en prétextant que j’aurais dû ressentir sa détresse. Elle posa alors une série de questions qui provoquèrent en moi un véritable électrochoc. Des foutaises ? Mais bon sang qu’est-ce qui ne va pas chez elle ? Évidemment que je n’ai pas pu ressentir sa détresse, j’étais exactement dans le même état qu’elle comment aurais-je pu distinguer sa détresse de la mienne, c’est impossible, même pour moi. S’en suivit alors une autre question qui me fit également bouillir de l’intérieur, je me suis donc servi d’elle uniquement pour pouvoir me nourrir ? C’est véritablement insensé, je peux me nourrir de qui je veux, je n’ai pas besoin de manipuler les gens pour cela.

Je savais qu’elle était en train de craquer, l’émotion était en train de la submerger, sa voix tremblante renforçait cette idée, ces gémissements de tristesse également. Elle en devenait presque inconsolable. Elle me poussa alors de toutes ses forces pour échapper à mon emprise, cette fois je la laissais faire, je ne voulais pas qu’elle se sente opprimée. Et une fois encore, la demoiselle entama un nouveau discours qui cette fois fit véritablement l’effet d’une bombe dans ma tête. Elle avait essayé de se donner la mort ? Bon sang ! Putain de détresse à la con, j’étais tellement préoccupé par ma propre tristesse que je n’ai pas ressenti le désespoir de ma chère et tendre. Je n’ai pas senti non plus cette détresse qu’elle ressentait quand elle devait se retrouver dans les bras d’un autre homme pour vivre correctement. Attends une seconde... cette odeur ! C’est ça ! Bon sang, voilà où mon égoïsme m’a mené. Je suis en train de perdre la personne que j’aime plus que tout au monde à cause de mon putain de caractère. Je comprends qu’elle ait du mal à me pardonner, je ne sais même pas si j’arriverais à me pardonner moi-même.

Mais ce n’est pas le moment de me préoccuper de moi. Il faut que je mette fin à ce malentendu et que je fasse ce qui s’impose à savoir, reconquérir le cœur de Malice. Il faut pour cela que j’exprime mes sentiments à son égard. Je ne peux pas en rester là, je ne suis plus capable de vivre sans elle, maintenant que je l’ai retrouvé, je ne la lâcherais pas, jamais ! Avant même qu’elle ne puisse commencer à s’en aller, je me mis en face d’elle une nouvelle fois et cette fois, je posai uniquement ma main sur son visage avant de la contempler un peu. Même dans cet état là, elle reste tout de même jolie ce petit bout de femme. Ma deuxième main quant à elle passa dans sa chevelure dorée avec une infime tendresse. Mon regard sanglant se plongea alors de celui de la demoiselle avec la plus grande sincérité possible. Malice... je ne peux pas te laisser partir comme ça, je vais rattraper mon erreur, je te le promets. Désormais, je ne vivrais que pour toi, j’ai besoin de toi, plus que n’importe qui d’autre, laisse moi te le prouver, que ce soit par mes paroles :

« Malice... Je ne pourrais jamais me pardonner de ne pas avoir senti cette détresse que tu ressentais. Mais le problème... c’est que je ressentais moi aussi cette tristesse. J’étais tellement focalisé là-dessus que je n’ai pas pu ressentir tes émotions. Pour cela, je serais éternellement désolé. Mais je refuse catégoriquement que tu croies que tout est un mensonge... car c’est faux. Je suis sincère avec toi depuis le début... je ne t’ai pas menti une seule fois... et encore aujourd’hui, ce que je vais te dire est la pure vérité... Je t’aime plus que la vie elle-même. Par ailleurs, ma vie n’avait pas vraiment de sens avant que je te rencontre. Tu es mon miracle Malice... pour la première fois depuis tellement longtemps, je ressens quelque chose que je pensais avoir perdu pour toujours... L’immortalité... quelle belle farce ! Je te désire plus que la vie éternelle... »

Ou par mes actes. Ma main caressant ses cheveux alla alors se poser sur le visage de la demoiselle et caressa tendrement celui-ci. Mon visage se rapprocha alors du sien, de sorte que je puisse sentir son souffle contre ma peau. Je restai quelques instants dans cette position, avant de poser mes lèvres sur celles de Malice. Voilà ce que je veux t’offrir... l’amour. Le plus sincère que j’aurais jamais vécu et je veux le vivre avec toi. Seulement avec toi... voilà la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Sam 8 Sep 2012 - 12:45



✖MALICE & SHOU ✖
« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. »


Je savais que ma vie ne serait désormais que de regrets, de remords qui me tuerons peu à peu. On ne guéri pas totalement de nos blessures, il en restera toujours une profonde cicatrice, présente pour vous faire redescendre sur Terre, vous faire voir la vérité en face, vous donner une bonne gifle dans la figure. Des cicatrices, ô combien j'en ai. Autant à l'intérieur que sur ma peau. J'ai toujours trouver ça futile de chercher la mort, mais moi-même en entrant dans ce cercle vicieux, je compris à quel point il était difficile d'en sortir. J'ai aussi compris que j'étais sans doute un personnage pathétique qui incitait la pitié, un personnage méprisant qui ne mérite même pas l'attention du reste du monde. Et pour tout avouer, je n'en avais que faire du reste du monde; J'étais le centre de l'attention de Shou, c'est tout ce qui compte. Je parais indécise ainsi, à vouloir partir et au final à avouer que je voudrais rester. Mais cette fichue fierté ne me lâchera jamais. Du moins, c'est ce que je croyais jusqu'à ce que je vis que le vampire vint se positionner face à moi. J'aurais pu le repousser et continuer ma route, mais je ne le faisais pas. Et vous savez pourquoi ? Parce que l'amour de toute une vie est là, juste sous mes yeux. A travers son regard sanglant je pouvais lire une vie merveilleuse, une vie qui n'aurait pas de dénouement tragique. Il n'y aurait que nous deux accompagnés du bonheur. Un jour je l'ai aimé, et aujourd'hui je suis folle d'amour. Folle de ses yeux, de ses regards, de ses sourires, de ses caresses, de toutes ces fois où comme maintenant il venait poser sa main sur ma joue, l'autre se perdant dans ma chevelure. Je suis folle de ses plaisanteries, de ses confidences, de ses aveux, de ses mensonges, de ses vérités, de ses bras chauds et protecteurs, de ses épaules, de son cou à l'odeur incomparable, de toutes ces belles choses qu'il me dite... Je suis folle, oui. Je suis folle de lui. Folle de lui tout entier. Refuser d'aimer par peur de souffrir... C'est comme refuser de vivre par peur de mourir. Ca n'a aucun sens.
Tout son discours m'avait chamboulé, je sentais un noeud se former au niveau de ma gorge alors que mes yeux bleutés se noyaient peu à peu dans la tendresse de son regard. Je serrais les dents de toute mes forces pour ne pas craquer et écouter ce qu'il a à me dire jusqu'au bout. Chaque mots avaient son importance, chaque mots resteraient gravés au fin fond de mon âme et de mon coeur. Les deux lui appartenant depuis le début... Depuis même le jour où je suis venue au monde. Oui, je suis née pour l'aimer. Je ne peux plus fermer les yeux sur cette évidence.
J'aimerais revenir en arrière, revivre le soir où nous nous sommes rencontrés, revivre chacun de ces délicieux instants. Mais j'aimerais surtout revenir trois mois avant, effacer mes dires, effacer tout le mal que j'ai pu causer à cause de mon sale caractère.

Alors comme ça, il ne voulait plus de l'immortalité, j'étais la seule qui avait une réelle importance. Si je ne le connaissais pas et que je ne l'aimais pas, je n'y aurais jamais cru une seule seconde. Et pourtant.. Ca me semblait être la plus grande des vérités de tout ce monde. Mon visage se fit grimaçant. Trop tard, je fondais en larme une nouvelle fois après avoir sentie la douceur de ses lèvres se poser avec une délicatesse sans fin sur les miennes. Tremblante comme une feuille, je vins à baisser la tête et mes bras, quant à eux, se posaient dans son dos pour laisser mes doigts s'agripper à la veste de son costume, le tissu doux se calant entre mes doigts fins.

« Shou... Je te demande pardon... Pardon pour toutes ces choses horribles que j'ai pu dire ! Je m'en veux, si tu savais à quel point... Et maintenant que tu es là, que tu as remué ciel et terre pour me retrouver, je me rends compte combien je ne peux pas me séparer de toi, combien tu m'es vital ! Tu as donné un sens aux verbes aimer... Mais aussi vivre. Ils n'ont jamais été aussi importants à mes yeux jusqu'à maintenant. La naïveté de l'amour m'effraie... Mais je suis prête à prendre ce risque comme je le suis pour en prendre un tas d'autres. Je ne veux même plus imaginer le reste de ma vie sans toi, ces trois mois étaient tellement affreux... Je ne t'en veux pas. Je n'en suis pas capable. Je n'ai même pas la force de marcher sur mon propre chemin si tu n'es pas là pour me tenir la main. Alors restes ! Je t'en supplie... Restes... Restes pour toujours ! Je ne veux plus être loin de toi ne serait-ce qu'un seul instant, je ne suis plus rien sans ta présence. Je ne vis que pour toi, que pour l'amour que tu m'offres ! Je suis tellement stupide d'avoir refusé l'opportunité que j'avais... Celle de pouvoir être éternellement à tes côtés. Mais tu vois, je ne veux pas que vivre avec toi ! Je veux aussi mourir avec toi, je veux que notre amour aille bien plus loin que ça ! C'est pourquoi... »

Je ravalais ma tristesse mélangée à ma joie d'un coup, fixant longuement ses yeux en le serrant le plus proche de moi. Je devais lutter face à mes tremblements et reprendre mon assurance d'antan. Je ferais tout pour Shou. Je ferais n'importe quoi pour lui, de la chose la plus extraordinaire à la plus insignifiante. Doucement je reprenais d'une voix discrète, un mince sourire venant illuminer mon visage pourtant si déchu.

« Je suis désormais prête à revenir sur ma décision et accepter ce que tu m'as dit... Devenir comme toi... »

Sans doute devait-il penser qu'il venait de reconquérir mon coeur. Mais la seule chose qu'il oubli c'est que jamais je n'ai arrêté de l'aimer. Même pas une seule seconde. Mon amour est sans limite.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Dim 9 Sep 2012 - 10:54

Malice...

Je t'appartiens...

Parfois je me demande si tout ce que je cachais à l’intérieur de moi, toute cette colère et cette haine que j’ai pu emmagasiner pendant tout ce temps, pourrait se relever au grand jour et faire des dégâts irréparables, mais ça je ne le saurais jamais, car maintenant je vais vivre ma vie, avec un seul mot, un seul sentiment, qu’il soit dans ma tête ou dans mon cœur. Je vais bien vivre l’amour avec un grand A. Et dire que je chercher pendant des années la source du bonheur, ce qui me rendrait heureux pour l’éternité, je ne me rendais pas encore compte que cette source, se tenais en face de moi en ce moment même. Cette personne que j’ai d’abord, ignorée, puis appréciée, pour enfin l’aimer comme un fou. J’ai encore beaucoup de mal à me rendre compte de la situation, je ne savais pas vraiment si mon baiser et mon discours allaient changer les choses, mais je ne pouvais être plus sincère. J’ai mis mon cœur à nu véritablement pour la première fois de toute mon existence, j’ai beau avoir aimé une fois avant Malice, je crois que je n’ai jamais aimé aussi fort que maintenant, la vérité est ainsi.

Maintenant, il ne me reste plus qu’à espérer, que la demoiselle que je venais d’embrasser accepte cette vérité et me dise la sienne, je veux savoir si ses sentiments sont devenus plus forts ou bien si elle n’a en plus du tout pour moi. J’ai besoin de savoir si je peux véritablement vivre le plus bel amour que j’aurais jamais vécu, en compagnie de la personne qui s’est emparé de mon cœur, alors que je pensais que j’en avais plus. Après ce doux baiser, la demoiselle baissa la tête, et alors que je m’attendais à une réaction négative, celle-ci fut au contraire positive. En effet, la demoiselle posa ses mains sur mon dos, en serrant ma veste de ses doigts fins. Maintenant j’imagine qu’il ne me reste plus qu’à l’écouter sagement. Elle allait dire quelque chose, je le savais, je n’espérais qu’une seule chose, que ce qu’elle allait dire, scellerait notre amour une bonne fois pour toutes. Vivre une éternité sans elle, je n’ose même pas imaginer ce que cela sera. J’ai besoin d’elle, même si ce n’est que pour quelques années, je ferais en sorte que ce soit les plus belles de toute mon existence, s’il te plait Malice, dis-moi ce que je veux entendre.

Le discours qui s’en suit provoqua en moi l’effet d’une bombe. La première chose qui me fit sauter de joie intérieurement, c’était le fait que la demoiselle me demande pardon, pour tout ce qu’elle avait dit, sur sa réaction trop excessive. Il est vrai que j’ai véritablement remué ciel et terre pour elle et même si je ne l’avais pas trouvé aujourd’hui, j’aurais continué à chercher, pendant des années s’il le faut, rien que pour revoir son visage, même si cela ne dure que quelques instants. Malice... tu as toi aussi donné un sens à ma vie, avant les mots que tu viens d’énoncer ne signifiaient rien pour moi, il n’était que des mots sans aucune saveur, ni aucun sentiment associé. Si tu veux faire ce chemin avec moi, main dans la main, alors ainsi soit-il, je ne me séparerais plus de toi et je comblerais le moindre de tes désirs, et cela jusqu’à ce que la mort nous sépare. C’est alors que la fin de son discours fut accompagnée de quelque chose qui me remua complètement, à tel point que je n’arrivais même plus à réfléchir. Bon sang...

Je ne rêve pas, elle vient juste de me dire qu’elle regrette le choix de ne pas avoir accepté ma proposition, vivre éternellement à mes côtés. Qu’est-ce que je dois comprendre ? Malice commença alors à resserrer son étreinte et un sourire se dessina sur le visage de la demoiselle. S’en suivit alors une phrase qui restera certainement gravé dans ma mémoire et dans mon cœur pour l’éternité. Elle était prête à revenir sur sa décision et faire l’ultime sacrifice pour vivre à mes côtés pour toujours. Elle était prête à devenir une vampire ? Devenir comme moi ? Est-ce bien ce qu’elle veut ? Elle était donc prête à mourir pour moi. Car pour accéder à l’état de vampire quand on est humain, il n’y a qu’une seule solution, il faut mourir et ensuite, je lui redonnerais la vie, mais pas en tant qu’humaine. Elle restera une créature de chair et de sang, mais tout changera pour elle, sa perception des choses, sa manière de vivre et de ressentir. C’est une décision à ne surtout pas prendre à la légère, mais c’est certainement la meilleure des choses à faire. Mais, j’imagine qu’elle ne sait pas du tout ce qui l’attend, je vais certainement devoir être beaucoup plus explicite avant toute chose. Je ne veux surtout pas qu’elle regrette son choix. Je pris alors son visage entre mes mains, et commença alors un discours, qui sera celui qui la fera changer d’avis, ou celui qui officialisera, notre amour éternel :

« Malice, comprends bien que je regretterais éternellement de t’avoir forcé à devenir comme moi. Je n’ai même pas eu la décence de te dire tout ce que cela implique. Pour pouvoir vivre en tant que vampire, tu devras mourir en tant qu’humaine. Transformer un humain en vampire n’est pas du tout la même chose que naître en tant que vampire. Je vais devoir te donner la mort, avant de te redonner la vie. Mais si tu veux vraiment faire ce choix, sache que dès que tu seras comme moi, notre lien sera encore plus puissant que tu ne peux l’imaginer, c’est le lien le plus sacré qui existe chez les vampires. Malice... Es-tu vraiment certaine de vouloir faire ce choix ? »

Je ne cherche pas du tout à l’influencer, je veux qu’elle sache ce qui l’attend et cette fois-ci, je veux qu’elle soit sûre de son choix tout en connaissant les étapes qu’elle devra franchir pour cette transformation. Je veux vivre à tes côtés pour l’éternité mon amour... Mais ce choix, je ne peux pas le faire seul, ce choix t’appartient, tout comme moi...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mer 12 Sep 2012 - 13:11



✖MALICE & SHOU ✖
« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. »

clik clik. MUSIQUE .clik clik (Ouais.. J'ai pensé à toi, et puis j'aime bien le titre de l'OST. ♥)


Faisais-je réellement le bon choix ? Sans aucun doutes. J'ai beau avoir été réticente à un point inimaginable, je ne voyais que ça pour rattraper mes actes. Je n'effacerai pas le passé, c'est ce qui m'a construit après tout. Je ne pourrais pas oublier ces trois mois dans la misère et la débauche, c'était encré en moi, tout cela avait eu un impact très important dans ma façon d'être. Finalement, je me rendais compte que seule dans ma cabane au fin fond de Yakusoku n'était pas si désagréable plutôt que de servir d'objet de plaisir à un homme dont j'oubliais constamment le nom car à mes yeux, ça n'avait aucune importance. Je ne fus plus que l'ombre de moi-même pendant plus de quatre-vingt dix jours.
Mais je m'étais rendue compte que le bonheur était là, devant moi. Cette silhouette fine et élancée au regard sanglant était la personnification de la perfection et du rêve, du paradis (Ouais, j'aime bien faire gonfler tes chevilles, chou. :B). Il m'avait filé entre les doigts, mais je suis prête à tout pour le rattraper et ne plus refaire mon idiote erreur. Si cela advenait même à sacrifier tout ce que j'étais... Aussi misérable que j'ai l'air, je tenais à ma race d'humaine. Elle montrait aux yeux du monde entier qu'il n'y avait pas besoin de pouvoir ou d'immortalité pour être fort, pour montrer à toutes et tous que la liberté nous appartiens, qui que nous soyons. Malheureusement, ces rêves enfantins, candides, se sont envolés avec le temps. J'ai rencontré là la personne la plus merveilleuse de cet univers et je n'ai pas l'intention de chercher à le nier. Je fais face aux évidences : Shou est tout. Il est l'air que je respire, chaque gorgées d'eau que je bois, ma protection, mon essentiel, mon monde, toute ma vie. Il est moi. J'ai toujours dit que l'amour était éphémère, que seuls les enfants pouvaient se permettre de voir un avenir sans fin auprès de celui que notre coeur choisi, mais ces choses là ne peuvent être discutées que lorsqu'elles ont été vécues. Et me voilà à vivre la plus belle des histoires. Il y a eu de nombreux bas, mais les hauts sont là pour faire renaître l'espoir.

Lorsque ses doigts délicats vinrent caresser les traits de mon visage, je sentis l'atmosphère changer peu à peu. Je ne saurais dire si c'est en bien ou en mal, mais je me sentais étrangement mal à l'aise, comme si j'allais entendre sa plus grosse confidence. En effet, mon cher et tendre entama un énième discours, énonçant les étapes de ma transformation. Mon sang se glaça lorsqu'il prononça « Je vais devoir te donner la mort, avant de te redonner la vie ». J'avais sans doute conserver des yeux ébahis pendant quelques instants, incapable d'articuler un mot. Ma gorge était figée.
Je devais revenir à la raison. Pas question de rebrousser chemin.

Mes mains vinrent enrouler les siennes fermement, glissant mes doigts entre les siens tout en veillant que ses paumes ne quittent pas mes joues. Elles étaient brûlantes, me rappelant alors la flamme qui brûlait en moi tant je l'aime. Malgré tout, ma peur ne pouvait se dissimuler. Pourtant j'essayais, croyez-moi, mais les tremblements me trompaient. Mon regard, quant à lui, c'était déjà sans aucun doute assombri, attristé. Ce choix serait définitif, je ne peux pas faire de faux pas. Mais je ne peux pas attendre toute la vie et me décider lorsque je serais vieille de devenir immortelle, je n'aurais profité de rien. Et pourtant, j'ai cette crainte constante de le regretter même si mon plus cher désir est de rester auprès de Shou, quoi qu'il advienne.

« Es-tu certain que tu peux me redonner la vie ? Il n'y a aucun risques... ? »

Je baissais légèrement les yeux, en laissant les bras de mon amant tomber le long de son corps. Je faisais céder le contact, ayant besoin de réfléchir par moi-même et surtout de me détendre. Bientôt, ma naissance et mes parents ne seront qu'un vague souvenir. Est-ce que dans cent ans aurais-je idée du nom de celle qui m'a fait venir au monde ? Est-ce que ma vie dans la rue ne s'oublierait pas au bout de longues années ? J'avais peur de perdre tout ce qui a fait naître Malice.
Mais de l'autre côté, n'est-ce pas plus mal ? Ainsi j'aurais le droit d'effacer mes erreurs, et ce sous le bras d'un homme que j'aime plus que tout au monde. Il n'y aurait plus Malice uniquement, mais sans doute Malice Hel. Chose qui attisait ma curiosité.
Ayant finalement fait mon choix, je repris un sourire auquel mon vampire était habitué : amoureux. Il ne me fallut qu'un pas pour que ma poitrine heurte la sienne et que la totalité de mon corps se retrouve contre lui. J'enlaçais sa nuque de mes bras fébriles, plongeant mon regard dans le sien. Sans un mot j'en étais venu à échanger un nouveau baiser, qui aurait pu donner ma réponse tant il était passionnel, re-participant à ce jeu de langue auquel nous nous amusions il y a de ça trois mois.

« Tu m'appartiens tout comme je t'appartiens. Et ce depuis le début... Je n'ai vraiment aucune idée de ce que c'est de mourir, du moins physiquement. A l'intérieur de moi, je me sentais déjà morte quand j'avais quitté le manoir. Mais maintenant que tu es là je me sens renaître, je vois un nouveau jour... A tes côtés. Je veux continuer à vivre avec toi, qu'importe le prix. Je suis prête à tout... Saches que je t'aime... Pour l'éternité. »

Une réponse peu explicite, mais qu'il comprendra. Être tuée par celui qu'on aime pour devenir immortelle, n'est-ce pas la plus belle des preuves d'amour pour notre couple ?

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis un Vampire  et je suis un marchand ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: Personne / Personne.
Amour: Malice.. ♥.
Pouvoir: Manipulation du sang.
Shou Hel

Je suis un Vampire et je suis un marchand ♥

Nombre de messages : 77
Pépites : 50
Date d'inscription : 04/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Lun 17 Sep 2012 - 15:28

Malice...

Je vais te rendre heureuse... je le promets.

Donner la mort, pour redonner la vie. Pensez-vous que cela est impossible ? Pas pour moi. En même temps, je suis un vampire, une créature capable de faire beaucoup de choses, certaines font parfois à l’encontre de certaines mentalités. Après tout, je pense que tous les humains n’apprécieraient pas forcément que l’on se permette de boire leur sang ou bien leur donner la mort. Mais voilà le paradoxe. Alors que la mort est la fin chez les humains, elle peut parfois n’être que le commencement. Voilà ce que je veux offrir à ma chère et tendre. Je veux lui donner la mort, pour qu’elle vive éternellement, sous de nouveaux traits, ceux de Malice Hel. Je sais bien que cela est un choix très difficile, surtout pour une personne née humaine et qui ne connait strictement rien de la condition d’un vampire si ce n’est les aperçus qu’elle a pu avoir. Je lui propose certes une vie éternelle, mais elle requiert l’ultime sacrifice. Elle doit me confier sa vie ou plutôt sa mort en l'occurrence. Et puis, une fois qu’elle sera comme moi, elle va devoir s’y habituer. Les vampires sont des créatures que j’associe au désir. Elle aura un appétit bien plus féroce qu’avant que ce soit en matière de nourriture ou bien, d’autre chose, on en parlera plus tard.

Une fois que j’eu terminé mon discours, la demoiselle eu une expression plutôt étonnée, pour ne pas dire ébahie. Je pense qu’elle ne s’attendait pas du tout à cela. Il est vrai qu’il y a différentes façons de faire d’un humain, un vampire, mais ma façon de faire est la plus noble de toutes. Cette façon de faire crée un véritable lien entre l’humain et le vampire, un lien plus puissant que vous ne pouvez l’imaginer. Je veux que Malice et moi possédons ce lien, après cela, plus rien ne pourra briser notre, amour. Rien ni personne. Mais comme je vous l’ai dit précédemment, ce lien requiert un sacrifice. Malice devra faire un choix, renoncer à sa vie passée et en commencer une nouvelle, avec un partenaire de vie, pour l’éternité. Mais je ne savais pas si elle était vraiment prête à faire ce choix et mon regret de l’avoir forcé s’accentue encore. Il me faut une réponse mon amour, qu’elle soit négative ou positive, je respecterais ton choix cette fois et je promets que si tu ne veux pas faire ce sacrifice, plus jamais je ne te forcerais à faire une chose pareille.

C’est alors que ses mains virent enrouler les miennes, entrelaçant ses doigts entre les miens avec une certaine fermeté. Elle cherchait sans doute à me faire comprendre quelque chose, mais quoi ? Elle tremblait, elle avait peur, je pouvais le sentir, je suppose qu’elle n’est pas encore prête à prendre une décision. Je voyais son regard s’assombrir et devenir de plus en plus triste. Un léger soupir de détresse s’échappa de ma bouche, je savais ce que la réponse allait être. C’est alors que la demoiselle, à mon grand étonnement, me demanda si j’étais certain de lui redonner la vie et elle en profita également pour me demander de la rassurer en quelque sorte. Il y a bien évidemment un risque, mais celui-ci ne concerne que les personnes récalcitrantes à l’idée de devenir un vampire. Si elle se laisse faire et me fais confiance jusqu’au bout, il n’y aura aucun problème. J’imagine qu’il va falloir que je la rassure tout de suite si je ne veux pas qu’elle change d’avis. Il faut que je sois honnête avec elle malgré tout. Bref, avant même qu’elle n’ait pu faire quoi que ce soit, je pris la parole :

« Je suis certain de pouvoir le faire en effet, je connais les étapes de la transformation sur le bout des doigts. Le seul risque concerne les personnes qui luttent contre cela. Si tu me fais confiance du début à la fin... Tu renaîtras sous les traits d’une nouvelle personne... la femme de ma vie. »

Elle baissa alors les yeux et laissa mes bras retomber le long de mon corps, cédant le contact pendant quelques instants, elle s’éloigna, certainement pour prendre le temps de bien réfléchir à ce qu’elle faisait. Après un certain moment, elle se retourna vers moi et j’eus une vision familière, celle de ce sourire, qu’elle me faisait souvent quand elle me regardait. Un sourire laissant transparaitre tous ses sentiments à mon égard. Elle se plaqua alors de tout son corps contre moi avant d’enrouler ses bras autour de mon cou. S’en suivirent alors un regard passionné et un baiser du même acabit, durant lequel nos langues se prêtèrent à une danse endiablée. Son discours qui suivit me fit bouillir de l’intérieur. Elle était donc prête à faire cet ultime sacrifice pour moi. Renoncer à sa vie d'antan, même si elle gardera toujours quelques souvenirs de sa vie humaine, elle était prête à vivre, telle une vampire.

Mon regard se posa une nouvelle fois sur elle et après un denier baiser échangé, je lui dis d’une voix calme et rassurante :

« Malice... Je peux t’assurer que nous vivrons le plus bel amour que nous ayons jamais vécu. Je vais te rendre heureuse mon amour, te combler pour l’éternité. On s’occupera de cette transformation plus tard, pour l’instant je veux profiter un peu de t’avoir retrouvé. Dis-moi... et si on retournait au manoir ? Pour s’amuser un peu ? »

Presser ? Moi ? Oui ! Maintenant que Malice est mienne pour toujours, pourquoi ne pas officialiser cela de la manière la plus... comment dire... adéquate ? Non ce n’est pas le mot, mais je m’en fiche, j’ai envie d’elle, point final. D’autant plus que je ne veux en aucun cas effectuer cette transformation ici, ça craint ce quartier. Malice... tu n’as qu’un mot à dire et le reste nous appartiendra, pour toujours.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥
avatar

Feuille de personnage
Maître/Hybride de: « Mes deux couilles inexistantes. »
Amour: « Shou Hel... So what ? ♥ »
Pouvoir: « T'as besoin de ça pour te sentir fort, troufion ? »
Malice

Je suis une Humaine et je suis une rebelle ♥

Nombre de messages : 69
Pépites : 50
Date d'inscription : 09/07/2012

MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   Mer 19 Sep 2012 - 10:33



✖MALICE & SHOU ✖
« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. »


Il ne m'avait fallut que quelques minutes pour reprendre mon assurance d'antan. A croire que Shou agissait réellement sur la personne que j'étais. Je me sentais enfin moi-même de nouveau, je n'avais plus à me cacher derrière un voile de superficialité. A quoi bon ? J'allais me vouer à mon amour tout au long de mon existence... Une existence sans fin. J'avais du mal à m'imaginer l'effet que ça fera de ne jamais voir le bout du tunnel, de continuer à errer comme une âme en peine dans un monde qui ne cesse d'évoluer de jour en jour. Et lui, depuis combien de temps est-il présent sur Terre ? Aurait-il déjà passé plus d'un siècle parmi les humains et les hybrides ? Je ne le savais pas. Je n'étais même pas dans la capacité de lui donner un âge malgré ses traits fins et réguliers. Je l'aime, c'est tout ce qui m'importe de toute façon. Le jeune homme avait fini par se calmer et revenir à un état habituel. Plus tôt, je l'avais senti triste, affolé, et énervé à la fois. Je le sentais à travers son regard perçant, sa façon de parler et ses gestes légèrement plus brute que ceux dont il use la plupart du temps à mon égard. Mais une fois que ses mirettes rouges revinrent plonger dans les miennes, je sentais que tout allait enfin revenir à la normale. Oui, enfin. Du moins, la « normale » n'est peut-être pas le mot adapté en fait.
Ses lèvres s'ouvrirent doucement pour laisser place à la mélodie de sa voix à présent. Il m'assurait un bel avenir. Un avenir heureux à ses côtés, mais aussi qu'il ne voulait pas m'obliger à faire ce choix si je n'en avais pas envie. Il est vrai que j'avais pris très vite une décision, mais si je me permets de douter ne serait-ce qu'un seul instant, je me dégonflerais, je le sais, parce que me dire que je vais toucher la mort de très près me terrifie. Pour le moment, je me sentais prête. Inconsciente, mais prête. J'arborais un sourire, hochant la tête suite à son discours pour lui assurer que mon choix était déjà tout fait, il était évident. Puis il rajouta quelque chose qui me mit d'abord mal à l'aise. Il voulait que l'on « s'amuse ». J'avais perdu ma joie soudainement, cette façon d'approcher la situation m'avait semblé bizarre tout d'abord, je trouvais que là, tout allait un peu vite. J'avais vécu trois mois en tant qu'objet de désir de de plaisir, et le fait qu'il enchaîne par de telles insinuations me rappelait de douloureux souvenirs de ces derniers temps.
Cependant, je faisais tout pour ne rien laisser paraître, essayant de reprendre ma joie de vivre. Je me prenais au jeu. Après tout, je n'avais pas à avoir peur. J'étais face à l'homme de ma vie. L'amour de mon existence toute entière... Je me sens incapable de lui céder quoi que ce soit. Je ne le peux pas, je veux le combler, dans tous les sens du terme.

« Impatient à ce que je vois, chéri... »

Dis-je entre deux longs souffles. Puis je repris, toujours sur le même ton calme et reposé :

« Mais ce n'est pas comme si ça me déplaisais. Toujours aussi beau en uniforme à ce que je vois. »

Petit clin d'oeil à notre première rencontre où il était habillé dans le même genre. Ce soir-là.. Je crois qu'il restera gravé en moi toute ma vie, c'est l'unique chose qui ne disparaîtra pas avec le temps. Peut-être que les souvenirs seront plus flous, mais je saurais toujours dire comme je suis tombée amoureuse de lui. Et non pas que pour son physique aussi attirant qu'il soit. J'ai toujours aimé les costumes, cela donnait un air un peu plus sérieux pour un personnage qui ne l'est pas tant que ça au fond, ou du moins lorsqu'il se laisse submergé par les sentiments.
Sans réfléchir une minute de plus, je pris le col de sa chemise entre mon pouce et mon index et le tira vers moi brusquement, sans douceur, ma poitrine se calant fermement contre la sienne, un large sourire taquin aux lèvres. Mes doigts vinrent se glisser sous sa chemise tout doucement, mes ongles effleurant sa peau brûlante, m'approchant de la ceinture.

« Je t'aime... Lui murmurais-je. On y va ? En plus j'ai entendu ta voiture, on aura pas besoin de marcher, c'est plutôt cool. »

Une nouvelle fois, ma main vint à se fourrer contre la sienne jusqu'à la tenir fermement. La vie allait reprendre son cours... Nous allons enfin pouvoir profiter pleinement de notre vie à deux... Quoi qu'il arrive.

code by shiya.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Le grand amour apporte toujours avec lui des idées de mort et de séparation. » Pv : Shou.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il n'est de grand amour qu'à l'ombre d'un grand rêve. [PV]
» [RP] Célébrons enfin ce grand Amour!
» (M) JULIAN MORRIS -> Meilleur ami et grand amour
» [Tyrannia] Les sucreries resteront toujours avec moi, même dans la mort... Moi qui suis... Un con.
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Hybrid Life :: Yakusoku City :: ㄨ Quartier Pauvre-